Les candidatures féminines connues jusqu’ici se répartissent comme suit : Alliance PTr-MMM : 12 candidates et Françoise Labelle Speaker-in-Waiting, l’Alliance Lepep : 9 avec Ameenah Gurib-Fakim à la présidence de la République, Lalit : 11 et Rezistans ek Alternativ : 5
À 24 jours du scrutin du 10 décembre et à une semaine du Nomination Day, les deux principales alliances politiques, soit l’alliance PTr-MMM et l’Alliance Lepep, ont annoncé leurs 60 candidats chacune. Deux autres formations politiques, en l’occurrence Lalit et Rezistans ek Alternativ, ont rendu publiques en fin de semaine leurs listes de candidats aux prochaines élections. Lalit présentera 28 candidats, soit au moins une dans chacune des circonscriptions, avec trois dans certaines régions stratégiques. Par contre, Rezistans ek Alternativ s’en tient au strict minimum.
En attendant le Nomination Day, où les yeux seront braqués sur le nombre de candidats optant pour la possibilité d’une candidature citoyenne en refusant de déclarer leur appartenance communale pour les besoins de l’allocation des huit sièges de Best Loser à l’Assemblée nationale, l’intérêt des listes des candidats se situe au niveau de la participation féminine.
Ainsi, à ce stade, les candidatures féminines déclarées se déclinent comme suit : alliance PTr-MMM : 12 femmes candidates avec François Labelle en tant que Madam Speaker-in-Waiting et Indira Seeburn prenant la place de Rajendra Mungur au N°10, l’Alliance Lepep faisant quant à elle confiance à neuf femmes et annonçant également son intention de présenter Ameenah Gurib-Fakim en tant que candidate à la présidence de la République en cas de victoire.
Par contre, Lalit montre la voie avec 11 femmes sur 28 candidats, soit une moyenne de 40%, bien au-dessus de la barre des 30%. Rezistans ek Alternativ présentera cinq candidates sur 20.