Le Front Libération National (FLN) veut présenter le syndicaliste Jack Bizlall comme candidat au poste de Premier ministre pour les prochaines législatives. Selon son président, le meilleur Premier ministre que le pays puisse avoir est Jack Bizlall. C’est ce qu’il a annoncé en conférence presse, le jeudi 13 septembre, à Port-Louis. Il invite la population à se mobiliser derrière le FLN.

« Le FLN prône un changement dans le pays et la seule personne qui le réalisera n’est nul autre que Jack Bizlall. Il doit devenir le Premier ministre du pays. Si la population se mobilise derrière le FLN, nous promettons de le faire devenir Premier ministre. C’est une personne simple, humble, honnête et surtout consistent », a déclaré le leader du FLN. Ismaël Nazir est également revenu sur le dossier de Chagos et a déploré que la délégation mauricienne n’ait pas compté un représentant seychellois.

Par ailleurs, il a dit ne pas comprendre à quel jeu se livre sir Anerood Jugnauth. « À l’époque, il faisait partie des dirigeants qui avaient pris la décision d’exciser Chagos de Maurice. En 2015, il s’est métamorphosé pour devenir un champion des Chagossiens alors qu’il est resté tranquille pendant un demi-siècle », a soutenu le leader du FLN.

Par ailleurs, il a repris la défense de l’ancienne présidente de la République. « La Commission Caunhye enquête sur la violation de la Constitution et d’autres lois du pays par Ameenah Gurib-Fakim alors que les “terms of reference” ne permettent pas un débat sur l’article 64(1) pour savoir si, dans des cas d’exception, l’exprésidente de la République ne peut pas se servir de sa discrétion pour mettre sur pied une commission d’enquête sans passer par le Cabinet, qui lui est hostile », a-t-il dit.

Ismaël Nazir a estimé que le problème autour d’Ameenah Gurib-Fakim aurait dû être débattu devant un tribunal. Sinon, a-t-il dit, le Premier ministre aurait pu saisir la Cour suprême. « Le procédé de la commission est vicié parce que c’est elle qui choisit qui convoquer et l’ex-présidente ne peut appeler ses témoins, notamment son conseiller légal qui est un étranger. Ce n’est pas juste », a-t-il dit.