Sir Anerood Jugnauth, leader de l’Alliance Lepep, éclipse, sur l’échiquier politique, Navin Ramgoolam, du PTr. L’Alliance Lepep a réalisé un score de 50,8% des suffrages exprimés lors des élections générales alors que l’alliance PTr/MMM, elle, parvient difficilement à s’approcher des 40%, n’étant créditée que d’un score de 39,26% pour les 20 circonscriptions de Maurice. Autre détail qui mérite d’être noté : outre la première défaite personnelle de Navin Ramgoolam dans des élections générales depuis 1991, le PTr se retrouve assuré d’un service minimal en régions rurales avec deux élus, soit Ritesh Ramful et Ezra Jhuboo, soit deux néophytes en politique. Par ailleurs, Savanne/Rivière-Noire (No 14) se distingue comme étant l’unique circonscription ayant résisté au tsunami politique de mercredi, en faisant élire en bloc les trois candidats du PTr/MMM, soit Alan Ganoo, Joe Lesjongard et Ezra Jhuboo.
Avec 47 élus, dont 33 au moins des rangs du MSM, l’Alliance Lepep dispose désormais d’une majorité de trois-quarts au sein de l’Assemblée nationale, qui verra 32 nouveaux députés, dont Buisson Perrine de l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR), faire leurs premiers pas au sein de l’hémicycle. Huit femmes parlementaires se mêleront également à la partie avec la prochaine ouverture de la nouvelle session de l’Assemblée nationale.
La proclamation officielle des résultats étant bouclée depuis tard hier soir dans les 21 circonscriptions, l’attention est maintenant braquée sur la désignation des huit Best Losers aux termes des dispositions de la Constitution. Avec l’élection des trois candidats de l’Alliance Lepep à Quartier-Militaire/Moka (No 8), soit de Pravind Jugnauth, Leela Devi-Dookun et Yogida Sawmynaden, qui avaient opté pour ne faire de déclaration ethnique sur leur Nomination Form lors du dépôt de candidatures, c’est la formule Sithanen, avec la moyenne depuis les élections de 1967, intégrée dans la Constitution, qui sera utilisée par l’Electoral Supervisory Commission et la Commission électorale pour désigner les députés correctifs.
La désignation des Best Losers pour compléter l’Assemblée nationale après les 62 élus sous le First Past The Post est prévue pour cet après-midi. Depuis ce matin, le commissaire électoral, Irfan Rahan, le président de l’Electoral Supervisory Commission, Me Yusuf Aboobaker, Senior Counsel, et la Deputy Electoral Commissionner, Aruna Devi Narain, sont en consultations avec le Solicitor General, Me Dhiren Dabee, Senior Counsel, pour mettre au point cette liste de Best Losers selon la nouvelle formule. Une réunion de l’ESC a été convoquée en début d’après-midi avant l’annonce officielle de 19 heures.
« Nous travaillons sur ce dossier mais, à ce stade, il est prématuré de donner des noms de candidats aux élections susceptibles de siéger en tant que Best Loser. Nous analysons les résultats officiels des élections d’abord et avant-tout », a fait comprendre au Mauricien le commissaire électoral à la mi-journée. N’empêche que les premières analyses des observateurs et des spécialistes de la question avancent que le candidat de l’Alliance Lepep, Alain Wong Yen Cheong, de tendance PMSD, dans la circonscription de Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis Ouest (No 1), est donné comme une certitude pour siéger en tant que député correctif. Aucun candidat sino-mauricien n’a été élu sous le First Past the Post.
Avec 41,449% des suffrages exprimés, Alain Wong devra automatiquement devancer Michael Sik Yuen, qui avait été repêché aux élections générales de 2010 en se présentant comme membre de la population générale. La circonscription No 1 pourrait également être gâtée par l’exercice de désignation de Best Loser de cet après-midi. Le candidat de l’alliance PTr/MMM Jean-Claude Barbier, qui a été devancé de 63 voix par son colistier Veda Baloomoody, devrait être en ballottage favorable pour désigner un siège de député correctif. Il a réalisé un score de 41,8% lors du scrutin de mercredi. De ce fait, Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis Ouest (No 1) pourrait être représentée par cinq parlementaires avec les trois élus, Patrice Armance, Danielle Selvon et Veda Baloomoody.
Du côté de l’Alliance Lepep, trois autres candidats battus, notamment Thierry Henry, devancé de 80 voix pour la troisième place par Ritesh Ramful de l’alliance PTr/MMM à Mahébourg/Plaine-Magnien (No 12), Salim Abbas Mamode, avec un déficit de 278 voix sur son camarade élu en troisième position à Port-Louis Maritime/Port-Louis Est (No 3) et Mario Cangy au No 14 ont de bonnes chances d’être repêchés par la Commission électorale ce soir.
Du côté de l’alliance PTr/MMM, ceux qui pourront compléter l’Assemblée nationale pourraient être Franco Quirin, député sortant battu à Beau-Bassin/Petite-Rivière (No 20), Arianne Navarre Marie à Port-Louis Nord/Montagne-Longue (No 4) et Stéphanie Anquetil de Rose-Hill/Stanley (No19). Mais dépendant des critères prévus par la loi, des changements sont encore possibles jusqu’à la proclamation des Best Losers ce soir.
D’un point de vue général, et au décompte final des voix, 11 points séparent l’Alliance Lepep et l’alliance PTr/MMM. Le bloc politique mené par sir Anerood Jugnauth recueille 50,8% des voix, contre 39,26% à ses adversaires, menés par Navin Ramgoolam, qui a été battu personnellement pour la première fois dans des élections générales depuis 1991. Le leader du PTr n’a en effet recueilli que 43,868% des suffrages exprimés.
Arvin Boolell, qui représente la circonscription de Vieux-Grand-Port/Rose-Belle (No 11) depuis 1987 et invaincu aux élections générales, a été balayé par la vague “Vire Mam”. Anil Bachoo, qui ambitionnait le titre de “Roi de l’Est”, a dû se contenter d’un score de 42,29% alors que Raj Dayal, lui, taquinait la barre des 60% (59,726%) à Flacq/Bon-Accueil (No 9).
De l’autre côté du tableau, sir Anerood Jugnauth, en réalisant un score de 67,816% de voix (23 579) à Piton/Rivière-du-Rempart (No 7), a dominé de la tête et des épaules ses adversaires, car Mahend Gungaersad de l’alliance PTr/MMM, arrivant en 4e position, n’a pu obtenir que la moitié des votes obtenus le leader de l’Alliance Lepep. Prakash Meenowa, le tombeur de sir Anerood Jugnauth aux élections de décembre 1995, n’est qu’un pâle reflet de lui-même avec une 5e place et un maigre 31,7%.
Pas moins de cinq élus de l’Alliance Lepep ont atteint la barre de 60% en termes de voix. Parmi eux, il faut inclure Ashit Gungah (64%), jouant à fond la carte de la proximité dans la circonscription de Grand-Baie/Poudre-d’Or (No 6), Vishnu Lutchmeenaraidoo (63,6%) bénéficiant de la locomotive SAJ à Piton/Rivière-du-Rempart (No 7), le leader du PMSD Xavier-Luc Duval (62,8%), qui a nettement devancé son ancienne colistière du PTr Nita Deerpalsing, avec littéralement le double des voix à Belle-Rose/Quatre-Bornes, Ravi Rutnah (61,2%), le colistier de sir Anerood Jugnauth et de Vishnu Lutchmeenaraidoo, Raj Dayal (59,7%) à Flacq/Bon-Accueil et Aurore Perraud du PMSD, qui est montée en grade en réalisant 59,17% à Port-Louis Nord/Montagne-Longue.
Adrien Duval élu en tête de liste à Curepipe/Midlands, avec 55,1%, devance ses colistiers de neuf points alors que le député sortant, Satish Boolell, de l’alliance PTr/MMM, est à la traîne de plus de 15 points sur le fils de Xavier-Luc Duval. Michael Sik Yuen, lui, s’est écroulé avec 32%.
Le leader du MMM, Paul Bérenger, qui a dû batailler dur pour décrocher une troisième place à Rose-Hill/Stanley, récolte 44,846% des votes, soit 12 points de moins que le leader du Muvman Liberater, Ivan Collendavelloo, élu en tête de liste avec 19 296 voix (56,048%). Enfin, à Rodrigues, le come-back de l’OPR est des plus nets avec Francisco François faisant du 56,4% contre 28% à Nicolas Von Mally, qui est à la 4e place, derrière son colistier Chen Lye Lamvohee.