A Jour J – 20 pour les élections municipales, le Nomination Day dans les 30 arrondissements des cinq villes a accouché de 539 candidatures, dont 174 investitures féminines, pour les 120 sièges de conseiller municipal à pourvoir. Toutefois, toute comparaison avec les 347 candidatures des dernières élections municipales de décembre 2012 peut être considérée comme étant inappropriée vu que le nombre d’élus par arrondissement est passé de trois à quatre. Toujours au chapitre des chiffres, la capitale se retrouve avec un nombre record de candidatures, soit 188, dont le plus grand nombre, 34, est au Ward IV avec pour Nomination Centre la GMD Atchia SSS.
La seule ville ayant pu passer le cap des 100 candidatures n’est autre que Curepipe avec 107, alors que Beau-Bassin/Rise-Hill, longtemps présentée comme la ville-phare de l’administration urbaine, doit se contenter du plus petit nombre avec 70. Les villes-soeurs se distinguent également avec le ward ayant le plus petit nombre, soit 10 au Ward III, notamment le centre de Rose-Hill avec pour Nomination Centre Notre-Dame des Victoires RCA. De leur côté, Quatre-Bornes et Vacoas/Phoenix sont à 85 et 89 respectivement.
Même si le principal adversaire du scrutin du dimanche 14 juin ne sera nul autre qu’un fort taux d’abstention, les deux principaux blocs politiques, Lalyans Lepep et le MMM avec le forfait du PTr, se préparent à livrer une lutte sans merci pour le contrôle de ces cinq municipalités. La joute s’annoncera palpitante à Port-Louis et à Beau-Bassin/Rose-Hill, où le MMM présente de meilleures chances de damer le pion à Lalyans Lepep, ce dernier croyant surfer sur la vague des dernières élections générales sans pour autant reléguer au second plan l’équation politique dans les trois autres villes.
Toutefois, que ce soit au sein de l’état-major de l’alliance gouvernementale ou du MMM, l’on se dit conscient que des élections ne sont jamais gagnées d’avance, d’autant plus qu’entre le 10 décembre de l’année dernière et 14 juin prochain, la configuration sur le terrain politique n’est pas restée statique et aurait pu même subir des retouches. De son côté, Rezistans & Alternativ, qui se vante d’être le seul parti, autre que les traditionnels, d’avoir aligné des candidats dans tous les arrondissements des cinq villes, caressent l’idée de pouvoir offrir un « choix crédible » à l’électorat dans la conjoncture.
Le nouveau concept de Gender Neutral a fait au moins trois victimes. Au terme de la nouvelle loi régissant les administrations régionales, tout parti ou groupe politique, voulant être considéré en tant que tel sur le bulletin de vote  de la Commission électorale, se doit de respecter le ratio d’au moins un à trois dans les représentations génériques au niveau des candidatures pour la ville en général. Ainsi, trois partis politiques, notamment le Mauritius Independent Party et le People’s Movement à Quatre-Bornes et le Front Solidarité Mauricien (FSM) de Cehl Meeah à Vacoas-Phoenix, ont échoué à ce Gender Test. Le FSM, qui sera présent en tant que parti dans la capitale, ne le sera pas à Vacoas/Phoenix ayant présenté que six candidats et aucune candidate. Les candidatures de ces trois partis dans ces deux villes, seront présentées sur les bulletins de vote respectifs dans la catégorie des indépendants.
« Au terme du Local Government Act, l’attention des Liaison Officers de ces partis a été attirée sur ce manquement. Ils avaient un délai de deux heures entre 15 heures et 17 heures pour apporter les changements dans la proportion des candidats par rapport aux candidates pour se maintenir en tant que parti. Mais ils ne l’ont pas fait. Par contre, le parti Faeez a pu se rattraper dans la capitale avec des amendements dans les limites après 15 heures », a déclaré le commissaire électoral, Irfan Rahman, en début de soirée.
« Dans l’ensemble, le Nomination Day s’est déroulé dans l’ordre, sauf que pour le concept de Gender Neutral, le travail s’est avéré plus complexe, car il fallait attendre la clôture du Nomination Day pour procéder à des vérifications si les conditions imposées par la loi au niveau de chaque ville avaient été respectées », a ajouté Irfan Rahman, qui désormais a les yeux tournés vers l’Imprimerie du gouvernement avec le démarrage des quelque 450 000 bulletins mercredi, soit au lendemain du délai pour les retraits des candidatures.