L’exercice de recomptage des voix ordonné par la justice dans l’arrondissement municipal du Ward IV de Port-Louis afin de départager les candidats Martine Bistoquet (PTr-PMSD) et Antonio Seedoo (MMM-MSM) s’est déroulé, hier matin, en Cour suprême sous la supervision du Master and Registrar, Mme Gaytree Manna, et du Commissaire électoral, M. Irfan Rahman. Le résultat des élections a été renversé et le candidat MMM-MSM en est finalement sorti vainqueur avec 3,059 voix contre 3,056 à Martine Bistoquet, soit 3 petites voix d’avance.
Ce recomptage a donné raison au candidat mauve d’avoir contesté les résultats des élections municipales dans l’arrondissement concerné. Après le dépouillement des bulletins dans une pagaille généralisée, le 10 décembre 2012, au centre de vote de la State Secondary School Renganaden Seeneevassen, l’avocate Rubina Jadoo (MMM-MSM) s’était classée en tête, suivie d’Ismaël Doba (PTr-PMSD ) et le 3e siège de conseiller municipal avait été attribué à la candidate PTr-PMSD Martine Bistoquet. À l’issue d’un premier décompte ce jour-là, cette dernière était supposée avoir obtenu 4 voix de plus que Seedoo. Un recount exigé sur le champ par le camp MMM-MSM ramena cette avance à seulement une voix.
Toujours insatisfait, le candidat Seedoo a recouru à la Cour suprême pour qu’elle ordonne un 2e recomptage. Vu la trop faible marge qui séparait les deux candidats, les juges Asraf Caunhye et David Chan Kan Cheong devaient y accéder en prenant également en considération ce qui se passait dans de tels cas dans d’autres pays du Commonwealth.
Le triomphe de M. Seedoo n’a donné lieu à aucune liesse spéciale ni à de grands commentaires de la part des hauts dirigeants du Remake 2000. Par ailleurs, le Returning Officer de l’arrondissement, Ravindra Kumar Luckwa, contre lequel Antonio Seedoo avait logé sa pétition auprès de la Cour suprême conformément à la loi, n’a pas attendu l’arrivée du petit groupe de fétards mauve composé, entre autres, du lord-maire Aslam Hossenally et des députés Reza Uteem et Adil Ameer Meea, pour proclamer le résultat partiel. C’est dans une SSS Renganaden Seeneevassen presque vide que le Returning Officer a apposé les résultats officiels avant de s’en aller. Même Antonio Seedoo n’avait pas eu le temps d’y arriver. En tout cas, la victoire définitive du candidat mauve vient consolider la position du groupement MMM-MSM au Conseil municipal de Port-Louis. La majorité de ce groupement passe donc de 13 contre 11 à 14 contre 10 au PTr-PMSD.  Pour le lord-maire MMM, Aslam Hossenally, présent dans la cour de la SSS  Renganaden, “justice a été faite et désormais, le groupement MMM aura encore plus de marge de manoeuvre dans son action.”
Une injustice
Tout heureux, Antonio Seedoo, 34 ans, Textile Technology Engineer de formation, a affirmé avoir toujours eu le sentiment qu’une injustice avait été commise à son égard. “La Cour suprême a confirmé que j’avais raison. Il n’y avait pas la sérénité nécessaire lors du dépouillement de décembre pour des résultats clairs et nets.” Antonio Seedoo a tenu à remercier les hommes de loi Veda Balamoody, avocat, et Pretam Lallah, avoué, qui l’ont soutenu dans sa démarche légale. Il a ensuite, bien sûr, remercié aussi les militants qui ont travaillé pour le faire élire ainsi que ses mandants.
De son côté, la perdante, Martine Bistoquet, très affectée, a déclaré envisager de faire encore appel auprès de la justice, toujours convaincue que c’est elle qui avait gagné. Une attitude qui a contrasté nettement avec celle du conseiller Salim Abbass-Mamode, qui fait figure de meneur du groupe minoritaire au sein du Conseil. Abbass-Mamode s’est déclaré “satisfait” de l’exercice de recomptage et a “félicité” M. Seedoo.
Pour la petite histoire, il semblerait que ce soit bien la première fois dans les annales qu’une conseillère municipale perd son siège de cette manière.