La pétition logée par des membres du Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD) pour contester l’élection des quatre conseillers dans le Ward 4 de Curepipe lors des dernières élections municipales a été appelée hier devant le Senior Puisne Judge Eddy Balancy et le juge Abdurafeek Hamuth. Sir Hamid Moollan, QC, qui représente l’Electoral Supervisory Commission (ESC), a demandé le rejet de la pétition pour manque de motif.
Le leader du MMSD Éric Guimbeau, ainsi que Ram Vishnu Boodhoo, Rachel Claren Counday et Mohamed Eshan Aufogul, soutiennent, par le biais de la pétition, que les électeurs n’ont pas pu voter comme ils le voulaient lors des élections municipales en raison du format des bulletins de vote qui prêtaient à confusion. Selon les contestataires, les bulletins de vote étaient divisés en six colonnes, soit les numéros, le nom et l’adresse, le groupe, l’alliance et le symbole du candidat. Dans la dernière colonne, l’électeur devait apposer sa croix. Or, pour les contestataires, il y avait deux colonnes qui n’avaient pas été utilisées à côté de leur nom, alors que, pour les candidats de l’Alliance Lepep, une seule colonne n’était pas utilisée. Selon les plaignants, certains électeurs n’ont pas apposé leur croix dans la colonne appropriée. Les électeurs auraient alors inscrit plus de croix que permis en voulant rectifier, ce qui aurait provoqué l’invalidation de leur bulletin de vote. Par le biais de leur pétition, les contestataires réclament un nouveau décompte des voix, ce qui impliquerait l’annulation de l’élection des quatre candidats de l’Alliance Lepep au Ward 4 à Curepipe.
Les membres du MMSD avaient logé cette pétition devant la juge des référés, Gaytree Jugessur-Manna, le 7 juillet, contestant l’élection des quatre conseillers du Ward 4 de Curepipe : Irène Coret, Jean-Noël Kirsley Gopaul, Marie Virginie Ingrid Lecordier et Bibi Shehnaz Hoota. Cette pétition logée en Cour suprême est aussi dirigée contre le Commissaire électoral Irfan Rahman, l’Electoral Supervisory Commission et le Returning Officer du Ward 4 de Curepipe, Raj Seebaluck.
Lors de la séance d’hier, les candidats élus de l’Alliance Lepep, par le biais de leurs conseils légaux, ont réclamé de la Cour suprême le rejet de la pétition pour manque de motif. L’ESC, représenté par sir Hamid Mollan en a fait de même, ajoutant que les contestataires n’ont pu démontrer clairement le nombre de bulletins de vote concernés par ces irrégularités supposées. Me Carol Green Jokhoo, qui représente le Returning Officer, a quant à elle soutenu que le format des bulletins de vote est défini dans les règlements des élections et ne peut être remis en cause. Me Rex Stephen, l’avocat des contestataires, a demandé du temps pour présenter son argument. L’affaire sera donc appelée le 26 novembre devant le Master and Registrar de la Cour suprême pour qu’une date soit avancée.