La liste des candidats de Rezistans ek Alternativ, qui brigueront les suffrages en vue des municipales du 14 juin, a été finalisée mercredi soir au cours d’une réunion spéciale. En attendant la présentation officielle, le mouvement de gauche annonce que ses aspirants conseillers sont principalement constitués de femmes, de jeunes, de syndicalistes, de militants écologistes et d’artistes. Rezistans ek Alternativ affirme ainsi proposer un choix « crédible » aux Mauriciens en vue d’une opposition alternative.
Au cours des consultations d’hier soir à leur siège à Moka, Rezistans ek Alternativ a confirmé et finalisé sa participation dans les prochaines élections municipales. Le mouvement politico-syndical présentera au moins un candidat dans tous les arrondissements des cinq villes. « Les candidats brigueront les suffrages sous l’emblème du papillon. Ils refléteront le combat, la vision et les valeurs défendus par Rezistans ek Alternativ. Nous retrouverons ainsi la participation des femmes, de militants syndicaux et écologistes et d’artistes. Notre présence pour ces élections cadre parfaitement avec notre combat sur le terrain pour la justice sociale, écologique, anti-cummunautariste et en faveur d’une démocratie participative. Il ne faut pas oublier que nous avons obtenu un soutien appréciable dans les circonscriptions urbaines lors des dernières législatives. Pour ces municipales, nous voulons offrir aux citadins un choix crédible pour une opposition alternative », indique l’état-major de ce mouvement de gauche.
Après les délibérations en guise de préparatifs pour le Nomination Day de samedi, Rezistans ek Alternativ explique que ces municipales se présentent clairement sous deux volets. Les dirigeants affirment que depuis les législatives de décembre 2014, la population assiste au déclin et à la décomposition de deux anciens partis historique, à savoir le PTr et le MMM. « Le PTr s’est retrouvé dans le tourbillon du plus grand scandale politico-financier avec les coffres de Navin Ramgoolam et les problèmes avec le groupe BAI. Pour sa part, le MMM a explosé en plusieurs morceaux et continue sa descente. Aujourd’hui, il faut avouer qu’il n’y a aucune opposition face au gouvernement de l’Alliance Lepep. De son côté, le nouveau gouvernement, hormis les quelques mesures des premiers jours suivants sa victoire et son opération nettoyage, se retrouve dans l’incapacité de respecter ses promesses électorales et encore moins d’apporter la transformation nécessaire pour la population de Maurice », poursuit-on du côté de Rezistans ek Alternativ.
Le deuxième volet touche principalement les administrations régionales, ces dernières étant, selon le parti de gauche, asphyxiées par le pouvoir central et déconnectées des habitants. « Eleksyon minisipal pe fer dan enn moman kot nu pe asiste a kitfwa pli gran dezeneresans sistem administrasion rezional post-indepandans dan Moris. Ladministrasion rezional, ki ti sipoze pilie demokrasi ek desantralision pouvwar, inn asfiksie par pouvwar santral, dekonekte avek abitan kartie. Rezilta : ena enn degradasion servis minisipal partou », font comprendre les dirigeants du mouvement politico-syndical. Ils ajoutent par ailleurs que leur participation vise à présenter des propositions pour un nouveau système d’administration régionale prônant une démocratie participative et la mise du pouvoir entre les mains des citadins. Un manifeste à cet effet devrait être publié au cours de cette campagne électorale.
Rezistans ek Alternativ souhaite également travailler sur la réforme du système de taxe municipale. L’idée étant d’abolir celle-ci pour les familles défavorisées et introduire une taxe sur l’activité économique non-productive et non-écologique.