Le leader du MMM a dénoncé samedi le lancement de ce qu’il considère comme une campagne de « bribe électoral » alors que la date des élections municipales n’a pas encore été fixée. Paul Bérenger est aussi revenu sur ce qu’il qualifie de « scandale des cartes d’identité » avant de demander au Premier ministre Navin Ramgoolam d’intervenir auprès des ministres du Travail et de la Pêche afin de trouver une solution au problème d’emploi abusif de marins pêcheurs bon marché, poussant ceux du pays au chômage.
Tout en se réjouissant de l’annonce de la date des élections villageoises, le leader du MMM qualifie d’« enfantine et irrespectueuse » la façon dont le Premier ministre joue avec celle des élections municipales. « Alors que cette date n’a pas encore été fixée, la campagne de bribe électoral a démarré », a observé Paul Bérenger faisant référence aux recrutements dans les municipalités, aux « inaugurations à droite et à gauche » ainsi qu’à l’asphaltage des routes.
« Il est clair que beaucoup d’argent sera distribué pour les élections municipales », soutient le leader de l’opposition. Paul Bérenger considère que si ceux qui sont recrutés ont droit à un travail, ils ne devraient néanmoins pas se sentir liés au régime Ptr-PMSD. Pour lui, la date des élections municipales aurait déjà dû être fixée « avant la période des fêtes de fin d’année ». Selon lui, la population aurait déjà constaté les sept ans de mal administration et de scandales qui, a-t-il soutenu, doivent être sanctionnés.
Commentant la situation à Curepipe, présentée comme un « endroit spécial », Paul Bérenger prévoit qu’Éric Guimbeau et les candidats de son parti n’obtiendront pas beaucoup de votes. « Cependant, si le leader du MMSD maintient sa décision d’aligner des candidats, cela jouera en faveur de l’alliance Ptr-PMSD. » Pour le leader du MMM, l’opposition a démarré sa campagne dans la Ville lumière sur les chapeaux de roue avec une réunion du régional la semaine dernière.
Paul Bérenger a par ailleurs lancé un appel solennel à l’électorat dans les villages comme dans les villes pour se rendre aux urnes « car le danger c’est l’abstention ». « Je suis confiant que l’électorat urbain donnera une bonne raclée au régime Ptr-PMSD », a dit le leader des Mauves.
Abordant le chapitre des marchands ambulants, Paul Bérenger soutient qu’il a fallu attendre que les élections municipales soient derrière la porte pour qu’enfin le gouvernement et la municipalité de Port-Louis se réveillent. Selon lui, la distribution de places se fait dans la confusion. « Nous veillerons à ce que seuls les marchands ambulants méritants disposent des étaux dans le nouvel emplacement. »
Paul Bérenger est aussi revenu sur « le scandale des cartes d’identité » qui a fait l’objet d’une PNQ lors de la séance parlementaire de mardi dernier. « La population connaît maintenant la vérité : c’est un énorme scandale ! » Il a expliqué qu’après un premier appel d’offres durant lequel trois firmes internationales avaient fait des propositions, cet exercice a été annulé pour faire place à un autre qui a aussi connu le même sort. Le contrat a finalement été alloué à des firmes singapouriennes sans appel d’offres.
« J’ai demandé comment se fait-il que le contrat ait été alloué aux Singapouriens pour un montant de plus d’un milliard alors que lors du premier appel d’offres, les firmes internationales avaient proposé de Rs 300 M à Rs 400 M. C’est scandaleux », a dit Paul Bérenger. « Singapour n’est pas à la pointe de la technologie en ce qui concerne les cartes à puce alors que l’Europe et l’Inde le sont. »
Le leader de l’opposition a aussi fait état de la « guerre ouverte » entre le gouverneur de la Banque de Maurice et le ministère des Finances à la veille de la présentation du budget. « Jamais un ministre des Finances n’a usurpé les pouvoirs de la Banque de Maurice en achetant 100 millions de dollars US dans le but de provoquer une dépréciation de la roupie », a-t-il dit. « Personne n’attend plus rien du budget de vendredi après ce qui est arrivé. » De plus, a-t-il observé, il y a a eu « underspending massif et révoltant » dans différents fonds spéciaux.
Dans un autre ordre d’idées, le leader du MMM a souhaité que les fonctionnaires obtiennent satisfaction avec un PRB amendé avant la présentation du Budget 2013 pour que la somme nécessaire soit prévue dans cet exercice. « Les fonctionnaires ont tout le soutien de l’opposition ».
Le leader du MMM a finalement lancé un appel urgent aux ministres du Travail et de la Pêche afin de mettre de l’ordre dans la situation catastrophique de la pêche sur les bancs. Il a expliqué que plusieurs opérateurs ont cessé d’opérer et que des centaines de marins pêcheurs sont sans emploi alors que des Malgaches sont employés sous des conditions beaucoup plus difficiles que ce que prévoit la loi.
Paul Bérenger déplore aussi que des bateaux de pêche qui ne sont pas qualifiés sous la loi locale se fassent enregistrer à l’étranger et soient autorisés par le gouvernement mauricien à faire venir des marins pêcheurs de la Grande île pour pêcher sur les bancs, lesquels sont affectés par la surpêche. Il a demandé au Premier ministre Navin Ramgoolam de donner des instructions aux deux ministres concernés pour débloquer la situation d’urgence.