Sir Anerood Jugnauth parle de « grande victoire » du Remake de 2000 aux élections municipales de dimanche dernier. « Rézilta minisipal finn abriti Ramgoolam », a-t-il dit, lors d’une conférence de presse de l’alliance de l’Opposition, hier matin. Pour l’ancien président de la République, le Premier ministre et leader du PTr sort « clairement affaibli » de cette joute électorale. Il en veut pour preuve que Navin Ramgoolam veut maintenant faire porter le chapeau de la défaite à Xavier Duval et à Rashid Beebeejaun. Paul Bérenger, leader de l’Opposition et du MMM, estime, quant à lui, qu’il y a eu bel et bien des « élections correction » par le fait même que le PTr/PMSD, qui contrôlait les cinq municipalités, n’a pas gagné dans 4 des 5 villes. « Ces municipales sont un avant-goût de ce que sera l’issue des prochaines élections législatives », dit-il.
Sir Anerood soutient que les résultats des municipales de dimanche dernier démontrent que le Remake de 2000 a remporté « une grande victoire. » Il explique que les 241,964 voix récoltées au nom de ses candidats dans les 5 villes contre 213,022 voix au PTr/PMSD, le MMM/MSM représentent 47.29% des suffrages exprimés contre 41.63% à l’alliance gouvernementale. « Il est clair qu’il y a comme un ressort de cassé du côté du gouvernement PTr/PMSD/transfuges », dit-il. Le leader du Remake dit sa satisfaction que, même à Vacoas/Phoenix, « villes supposément bastion travailliste », le MMM/MSM a réalisé « une bonne percée. » Il explique que dans cette ville, il n’y a finalement que 500 voix qui séparent globalement l’Opposition du gouvernement.
Dans le cas de Quatre-Bornes, SAJ parle de « bonne leçon » infligée par le MMM/MSM à la directrice de Communication du PTr, Nita Deerpalsing, députée de la circonscription. « Nous nous occuperons d’elle lors des prochaines législatives! », prévient-il. Sir Anerood s’indigne du « culot » de Navin Ramgoolam de « prétendre » que c’est le PTr/PMSD qui est sorti gagnant de ces municipales et que l’alliance gouvernementale aurait même « grandement progressé. » En fait, pour le leader du Remake, le PM et leader du PTr est en train de « se débattre » afin d’essayer de créer un effet psychotique visant à embobiner la population.
Évoquant l’affaire Mme Nandini, agent du PTr à Vacoas/Phoenix, au centre d’un incident lors du scrutin de dimanche, SAJ allègue qu’il lui aurait été rapporté que des policiers – qui auraient refusé de se plier aux « diktas » de cet agent « ki bien kontan so leader » – auraient été transférés. Le leader du Remake parle de « malhonnêteté » de Navin Ramgoolam quand ce dernier vient soutenir qu’il n’y a pas eu de tsunami tel qu’il le prévoyait. « En fait, explique-t-il, ce que j’avais dit durant la campagne, c’est qu’une vague s’est levée lors des villageoises, que cette vague allait déferler sur les villes et que, par  la suite, il y aurait un tsunami lors des prochaines élections générales. »
Sir Anerood se dit d’autant plus « fier » de la victoire de l’alliance de l’Opposition à ces municipales vu les moyens utilisés par le gouvernement, tels « abus de l’appareil d’Etat, répression, bribes électoraux. » « Tous les moyens leur étaient bons pour faire campagne. Abé aster, mo dir zot manz macaroni, danse macaroni! » Pour lui, le PM est « un faux démocrate » et « un mauvais perdant qui ne respecte pas le voeu de l’électorat alors même que ce dernier lui a donné une bonne correction. »