Daniel Eric Clive Laurent a été élu à l’unanimité lord-maire hier à la salle du conseil municipal de Port-Louis. Il succède ainsi à Oumar Kholeegan. Eshan Ismael Mamode devient, lui, l’adjoint au lord-maire.  Pour le début de son mandat, Daniel Laurent dit prôner la continuité et vouloir mener à bien son mandat.
C’est avec beaucoup d’émotion que Daniel Laurent, membre du MSM, a accueilli sa nomination en tant que lord-maire hier. Ce jeune homme issu de Cité Briqueterie dit « bien connaître les problèmes des habitants » et désire mettre en avant « des projets utiles ». Sa priorité actuelle consiste à revoir « la maintenance des drains, l’asphaltage des rues ainsi que la construction de centres communautaires et d’un “open gym” ». Son intronisation en tant que nouveau lord-maire, Daniel Laurent l’a dédiée à tous ceux qui ont cru en lui, dont son mentor, Mahen Jugroo.
« J’entame mon mandat de lord-maire avec beaucoup de dynamisme et de détermination », soutient celui qui a, dans le passé, déjà épaulé Oumar Kholeegan comme adjoint au lord-maire. « J’ai connu un début modeste dans les années 90’ au sein du MSM et c’est ma fidélité et ma loyauté qui ont été récompensées aujourd’hui. Ma mission est de relever les défis auxquels notre ville est confrontée. Il n’est pas l’heure de s’endormir, mais de travailler pour Port-Louis afin de lui redonner son rayonnement. La capitale est appelée à se développer grâce notamment au projet de métro express. »
Évoquant son parcours, Daniel Laurent souligne avoir été membre régional du MSM à Port-Louis Nord/Montagne-Longue. Il a été élu en tête de liste dans l’arrondissement No 7 lors des municipales avant d’être, en 2014, dans l’opposition, et de se voir réélire en 2015. Cette consécration, il la dédie à sa femme, absente du pays pour des raisons professionnelles, de même qu’à ses trois enfants.
L’adjoint au lord-maire, Eshan Ismaël Mamode, avance pour sa part vouloir « beaucoup miser sur la jeunesse ». Il compte également donner un nouveau dynamisme à la capitale. Pour cela, il prévoit « plus d’infrastructures sportives pour encadrer les jeunes » et se penche sur le projet d’un parking payant au Champ-de-Mars.