Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, affiche la confiance et l’optimisme pour les prochaines élections régionales. Il prévoit « une bonne raclée » pour le gouvernement PTr/PMSD « surtout dans les villes ». « Les électeurs des villes sanctionneront, comme il se doit, les sept années de maladministration municipale », dit-il. Paul Bérenger indique que la campagne de son parti tournera autour de la nécessité d’une « élection correction » et de l’importance de « désinfecter les municipalités ». Il appelle les électeurs à accomplir leur devoir civique et estime que le seul « danger » pour le MMM c’est l’abstention.
S’il accueille favorablement le fait que la date des villageoises a été fixée, le leader de l’opposition juge « enfantin et irrespectueux » de la part du Premier ministre de n’avoir pas encore fixé celle des municipales. Alors que, dit-il, l’annonce de la date des élections pour le renouvellement des conseils municipaux se fait toujours attendre, Paul Bérenger accuse le gouvernement d’avoir démarré une campagne de « bribes électoraux ». Il cite, à cet effet, les recrutements dans les municipalités, les inaugurations et autres asphaltages de routes.
Pour lui, en dépit de ces « bribes », les électeurs urbains sauront sanctionner comme il se doit les sept ans de « maldministration » des villes. Dans le cas particulier de Curepipe, le leader du MMM prévoit que le MMSD d’Eric Guimbeau ne recueillera pas beaucoup de votes. Selon lui, si ce parti aligne effectivement des candidats, cela confirmera que M. Guimbeau « fait le jeu du PTr/PMSD ». Aussi, le leader du MMM demande-t-il à celui du MMSD de « bien réfléchir » à ce qu’il fait. Quoi qu’il en soit, Paul Bérenger se montre optimiste pour Curepipe en parlant de « formidable départ » pour une première réunion d’organisation tenue, mercredi dernier.
« Nous sommes très confiants pour ces élections régionales et prévoyons d’administrer une bonne raclée au gouvernement PTr/PMSD, surtout, dans les villes », déclare le leader du MMM. Ce dernier, qui appelle les électeurs des villes et des villages d’accomplir leur devoir civique, estime que, pour son parti, « le seul danger, c’est l’abstention ». Il indique que la campagne pour le MMM tournera autour de la nécessité d’une « élection correction » et de l’importance de « désinfecter les municipalités ».
Il note, au passage, qu’il aura fallu que les municipales soient « derrière la porte pour que l’administration municipale de Port-Louis s’active à trouver une solution au problème des marchands de rue ». Soulignant le fait que, là encore, c’est « la pagaille » pour l’allocation des emplacements, Paul Bérenger insiste sur le fait que le MMM veillera à ce que les plus méritants obtiennent satisfaction.