Les élections villageoises ont livré leur verdict, lundi dernier, jusqu’à fort tard. Les 1 170 conseillers des 130 villages sont désormais connus. Si le village d’Albion a livré en premier ses résultats à la mi-journée, c’est Triolet qui l’a fait en dernier aux aurores. Même si ces élections ont un caractère local très marqué, il n’empêche que les nouveaux élus revendiquent quand même une proximité avec les mouvances nationales connues et inversement car, et la majorité gouvernementale et l’opposition, clament une part du gâteau dans ces élections, le premier affirmant le contrôle de plus de 100 des 130 villages, alors que l’autre affirme avoir engrangé plus de 51% des voix. En tout cas, l’ensemble des spécialistes tend à dire que dans de nombreux villages, la majorité sortante a été renversée, avec des challengers s’installant à la tête des villages.
Les autres principaux enseignements à relever de cette consultation populaire et rurale, sept ans après les dernières qui avaient eu lieu en 2005, sont que le taux de participation est encore en légère baisse avec 50,54%, et que les femmes élues n’ont pas atteint les 30% souhaitées par la nouvelle loi des administrations régionales. Enfin, il faut noter deux contestations des résultats : l’un à Lallmatie et l’autre à Mahebourg.
Taux de participation en légère baisse à 50,54%
Le taux de participation qui, comme annoncé dans notre précédente édition, était l’un des enjeux de cette élection régionale, est presque identique à celui du précédent scrutin de 2005. Mais la tendance à la baisse se poursuit, avec en moyenne un électeur sur deux ne s’étant pas prémuni de son droit de vote constitutionnel. Il a été de 50,54%, contre 51,58% en 2005. Ainsi, des 489 294 inscrits sur les registres électoraux, 247 298 se sont rendus aux urnes. Le village de Bananes, avec le plus petit nombre d’électeurs, a enregistré le plus fort taux de participation, soit 94,07%, suivi dans l’ordre par La Laura-Malenga avec 86,28%, L’Espérance-Trébuchet, 80,52%, et Mare-La-Chaux, 79,04%. Triolet, qui avait enregistré le plus grand nombre de candidats, soit 85, a enregistré moins de 50% de votants avec 41,24%. Enfin, c’est à Le Hochet que le taux de votants a été le plus faible, avec 21,22% de votants seulement.
L’autre fait majeur à signaler dans ce registre est le record insolite enregistré au centre de vote de Sir Leckraz Teelock du village de Centre-de-Flacq, dans l’est du pays, où un seul électeur a rempli son devoir civique sur les 93 votants potentiels.
297 femmes seulement élues, soit 25,38%
L’un des premiers constats à l’issue de ce scrutin est que la représentation féminine souhaitée par les pouvoirs publics, soit de 30% au minimum sur les conseils des villages, n’a pas été atteinte. Les résultats confirment que seules 297 des 1 183 candidates ont été élues, soit 25,38% seulement des 1 170 sièges à pourvoir. Le nouveau Local Government Act élaboré par Hervé Aimée avait pourtant imposé aux groupes et aux partis un minimum de candidatures féminines de 30% dans l’espoir de voir ce chiffre se traduire dans la réalité au niveau de la représentation sur les conseils de village à travers l’île. L’électorat rural et les urnes en ont décidé autrement.
Les rouges toujours majoritaires mais l’opposition fait une percée
Bien que les grands partis nationaux n’ont pas officiellement pris part aux élections villageoises, le leader du Parti travailliste et Premier ministre, Navin Ramgoolam, s’est, le lendemain des résultats, congratulé du fait que les apparentés rouges ont obtenu une majorité conséquente lors de ces élections. Il s’est félicité de la confiance manifestée par les villageois au gouvernement en place. Réaliste, le Premier ministre a cependant concédé, au congrès de Quatre-Bornes notamment, que certains villages avaient basculé vers l’opposition. Mais il a expliqué à l’assistance que selon son analyse, cette situation relevait du fort taux d’abstention enregistré dans ces villages, les travaillistes, selon lui, n’ayant pas voté pensant la victoire acquise. Selon Navin Ramgoolam, là où le taux de votants était élevé, ses partisans l’ont emporté haut la main.
Quant au Remake 2000, il estime, selon le bureau politique des mauves cette semaine, qu’un peu plus de la moitié des électeurs qui ont accompli leur devoir civique dans les 130 villages du pays ont voté en faveur de l’opposition, affirmant avoir obtenu 51,5% des suffrages. Un chiffre avancé mais non confirmé officiellement. Selon le MMM, c’est une avancée considérable pour le Remake 2000 dans les régions rurales du pays, annonciatrice d’autres reculs du crédit du pouvoir au sein de la population.