Elles sont candidates pour la première fois. Elles n’ont jamais fait de politique mais sont toutes engagées dans le travail social au niveau du village de Plaine-des-Papayes. Ce sont les hommes qui dirigent les groupes qui leur ont proposé de se porter candidates afin de pouvoir respecter les règlements électoraux. Maintenant que c’est fait, elles sont toutes motivées pour renforcer leur engagement sur le plan social, qu’importe si elles sont élues ou pas.
Avita Persun, 49 ans, du Parti National de Plaine-des-Papayes (symbole : ciseaux), a beaucoup d’idées en tête. Elle pense aux jeunes chômeurs et aux aînés de son village qui souffrent — les premiers cherchent des emplois et les seconds ont besoin d’accompagnement. « Même si le pays connaît un bon développement, il y a encore des familles pauvres dans les villages et Plaine-des-Papayes n’est pas une exception. Certaines familles connaissent d’énormes difficultés pour vivre. Je pense qu’il faut voir également de ce côté-ci », déclare la jeune femme. Ce n’est pas tout, elle s’étonne que le village n’ait pas un marché. « Les habitants doivent se rendre à Fond-du-Sac et à Triolet ou même à Pamplemousses durant les week-ends pour s’approvisionner en légumes. Nous devons travailler sur un tel projet dans notre village », déclare-t-elle. Mme Persun est un membre exécutif de la régionale N°7 du Parti travailliste et active au sein du centre social du village, ainsi que sur le plan religieux.
Sa colistière, Mala Devi Sungkur, 52 ans, est membre des Forces Vives et du Health Club de la localité. Mme Sungkur cible les femmes en détresse. Elle affirme qu’elles sont nombreuses au village à être battues par leurs époux. « Certaines viennent souvent me voir pour que je les aide à sortir de leurs problèmes. Je m’en occupe déjà mais je veux le faire davantage si je suis élue », déclare la candidate. Elle dit vouloir un gymnase pour les femmes dans sa localité afin de les encourager à pratiquer un sport pour garder la forme.
Du côté de leurs adversaires, le Mouvement Social de Plaine-des-Papayes (symbole : boule) a également trois candidates sur sa liste. L’une d’elles, Mayavedee Nulliah, 49 ans, entrepreneur, se demande comment les femmes ne connaissent pas les avantages de l’entrepreneuriat. « Je suis un entrepreneur depuis pas mal d’années. Je profite de ces élections pour trouver les talents cachés chez les femmes de mon village. Je vais les aider à lancer leurs petites entreprises. Il y a mille opportunités à saisir », déclare-t-elle. Elle se préoccupe également pour les jeunes « ki pe tom dan presipis. » Mme Nulliah est également préoccupée par l’insécurité. Plusieurs femmes ont été agressées et volées ces dernières semaines dans les rues du village.
Sa colistière, Sweeta Sungkur, 23 ans, fait actuellement son ACCA. Elle participe à ces élections pour s’occuper de l’éducation des enfants du village. « Je constate que le niveau d’éducation laisse à désirer au village. Il faut travailler avec ces enfants pour qu’ils réussissent à l’école afin de pouvoir prendre un bon départ dans la vie », déclare-t-elle. Mais elle avoue que ce ne sera pas facile.
Madevi Isserbeeah, 36 ans, également candidate dans ce groupe, est cuisinière et souhaite lancer des cours de cuisine et de nutrition pour les femmes du village. « Trop de gens souffrent du diabète et du cholestérol et on sait que ça commence avec la nourriture. Je vais les initier à la bonne cuisine afin d’éviter ces maladies », dit-elle.