Le président du Central Electricity Board (CEB), Balraj Narroo, a déclaré hier en réponse à une question du Mauricien que les négociations vont bon train avec CT Power et qu’il espère que ce projet se concrétisera très vite. C’était à l’issue de la présentation à la presse du plan intégré 2013/2022 du CEB sur la production de l’électricité à Maurice.
« Le CEB a dû investir environ Rs 5 milliards dans la centrale de Fort Victoria l’année dernière parce qu’il y a eu retard sur le projet CT Power qui aurait fourni un total de 100 MW additionnels d’électricité au réseau national », a affirmé Balraj Narroo. Selon lui, le projet CT Power, initié en 2006, fait partie du plan intégré 2013/2022, mais il ne s’est pas encore matérialisé.
Le CEB a ainsi dû mettre en place son plan B en ajoutant une capacité totale de 90 MW à Fort Victoria à partir de l’énergie fossile pour pallier au manque de 100 MW d’électricité qu’allait fournir CT Power. « Nous donnons l’assurance à la population que nous disposons toujours d’un plan B. Si jamais il y a un problème, nous pouvons avoir recours à d’autres moyens de production. L’important c’est que la population obtient l’électricité lorsqu’elle appuie sur l’interrupteur. Nous ne pouvons bloquer le développement économique du pays », a fait ressortir, pour sa part, le General Manager, Shiam Thannoo. M. Narroo a aussi déclaré que les Rs 5 milliards investis vont être passés aux consommateurs « mais pas d’un seul coup ».
S’agissant du plan présenté hier, M. Narroo a affirmé que le CEB joue un rôle très important dans le développement économique du pays à un moment où de nombreux pays font face à des difficultés quant à la fourniture électrique. Le CEB compte 420 000 consommateurs et a atteint une pointe de production d’électricité de l’ordre de 438 MW. Il a rappelé les différentes mesures prises ces dernières années en vue de produire davantage d’électricité pour le pays. Entre autres, 30 MW de la centrale thermique du Sud (CTDS), 41,4 MW à la centrale de St-Louis, 74 MW à la centrale thermique de Savannah, ainsi que la réhabilitation de la centrale de Fort Victoria, la mise en place d’une centrale hydroélectrique à La Nicolière d’une capacité de 350 KWh et en dernier, le projet de Sotravic à Mare Chicose d’une capacité de 2 MW. Au total, le CEB a atteint une production additionnelle de l’ordre de 237,75 MW durant la période s’étalant de 2003 à 2012. Il y a eu aussi, à ce jour, 200 personnes qui produisent environ 700 KW d’électricité à partir des sources renouvelables.
M. Thannoo a annoncé qu’il ne restera pas figé mais sera appelé à évoluer en fonction du développement du pays. Ce plan, selon lui, fait de la place aux énergies renouvelables également « mais il y a une limite quant à l’injection de cette énergie dans le réseau du CEB. » « Les turbines à gaz ont également leur raison d’être, de même que les centrales à charbon et l’huile lourde, la photovoltaïque et l’éolienne. Nous prévoyons deux nouvelles centrales de 50 MW à l’horizon de 2022, soit des investissements de l’ordre Rs 18 milliards », a-t-il fait ressortir.