Le public a ri de bon coeur sur les thèmes de ses sketches : une passion outrée pour le jardinage, un braquage de banque — qui a provoqué l’hilarité générale —, puis un autre sur la chirurgie plastique, où il campe le personnage d’un chirurgien qui conseille une certaine Nadège et enfin sur la vieillesse, où tour à tour l’humour était empreint de tendresse, de doute et de désespoir. Mais l’humoriste s’est abstenu d’aborder ni la religion, ni la politique, seul un sketch sur l’ex-président français Sarkozy dans lequel il dit au passage qu’à Maurice « vous  avez de la chance d’avoir non pas un président mais un Premier ministre ».
Après avoir exécuté une chorégraphie burlesque sur du Wagner, il revient sur le fait que sur Internet, on avait annoncé sa mort, chose qu’il trouve normale, « car je suis en ce moment, à l’île Maurice, donc au paradis ». Puis il a raconté comment il a voulu faire écouter du Ray Charles et Stevie Wonder à une voyante et se retrouve après cela en prison où il fait la rencontre de Jack L’éventreur…
Le spectacle, qui a débuté avec plus de trois quarts d’heure de retard en raison d’un embouteillage, a été génial au tout début mais on reproche à Elie Semoun un manque de rythme dans certains sketches et des ratés dans l’énoncé de certains textes. Mais pour les fans nombreux dans la salle il était à la hauteur de sa réputation d’un des meilleurs humoriste français.