Près de quatre ans depuis son effondrement, le tronçon Ripailles/Valton sur l’autoroute Terre Rouge/Verdun encourt d’importants travaux de sécurisation. Cette semaine, avec l’aide des ingénieurs du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA), des essais pressio-métriques ont été réalisés afin de déterminer les côtes d’ancrage de chacun des 180 pieux qui sécuriseront la plate-forme routière. Il est prévu que les travaux structuraux s’achèvent à la fin de décembre 2018.

À ce stade, les travaux de remplissage horizontal à 40 mètres de profondeur avec l’utilisation de certains matériaux de compactage défi nis par des études spécifiques ont été complétés sur une profondeur de 3m50 d’avec la route. “Il ne nous reste que 1m50 à compléter”, a indiqué le ministre des Infrastructures publiques qui effectuait une visite du site, vendredi dernier. Sur le terrain, les officiers de Synohydro, qui ont affrété une foreuse spéciale de Chine pour ces travaux, s’activent à la tâche. Avec le concours de CERAMA, quatre essais et contrôles de pieux ont été complétés sur 7,24 et 27 mètres, visant à rechercher et affiner les côtes d’ancrage de chacun des pieux qui seront installés.

Guillaume Barde, chargé d’études en mécanique des sols chez CEREMA, explique qu’il ne reste plus qu’à vérifier l’intégrité de ces essais au moyen de tests soniques avant d’être en mesure de valider la procédure complète de réalisation des pieux et de proposer à la Road Development Authority (RDA) le commencement des travaux de l’ensemble des pieux.

L’objectif étant de compléter, avant la saison des pluies, l’installation des 180 pieux de sécurisation placés en deux rangées à une profondeur moyenne de 25 mètres dans la strate rocheuse et avec une distance prévue de 2,5 mètres entre chaque pieu pour contrer les forces de glissement.

Leur installation s’effectuera à raison de trois pieux par jour, ce qui fait que d’ici décembre, le chantier sera sécurisé sur les 250 mètres de l’Embankment Failure. D’où l’optimisme affiché par les autorités de terminer les travaux structuraux avant la fin de l’année. Il s’agira ensuite de construire la route pardessus, soit de ramener le 1m50 restant parallèle à la route actuelle.