À l’initiative de la Chinatown Foundation, le quartier chinois retrouve un peu de fraîcheur et s’embellit peu à peu après l’installation de pots et de bacs de plantes vertes dans certains endroits. Le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, a fait don de 75 plantes à la fondation fin de semaine dernière.

Depuis quelques mois, la Chinatown Foundation, sous l’impulsion de Jean-Paul Lam, président de cette organisation, et qui est un fervent défenseur du concept “go green”, s’est embarquée dans un ambitieux projet d’amélioration de l’environnement du vieux quartier chinois. « Chinatown est cernée de bâtiments en tous genres et de parkings et il y a très peu de verdure dans ce quartier. Nous nous sommes dit qu’il faut la rendre agréable et attrayante pour tout le monde – touristes et locaux – en privilégiant le concept ‘green’ dans nos actions », a expliqué Jean-Paul Lam lors d’une conférence de presse pour présenter le projet.

Et de souligner que les concepteurs du projet ont cherché des plantes pouvant résister à la chaleur dans la capitale et correspondant à l’environnement de Port-Louis. « Nous ne nous limiterons pas aux plantes, nous allons aussi appliquer le “green” concernant l’énergie. Nous avons déjà apporté certains ajustements nécessaires par rapport à l’éclairage de certaines rues », dira le président de la Chinatown Foundation, en espérant que le lieu « reprenne des couleurs verdoyantes et apaisantes dans pas longtemps ».

Selon lui, l’apport des citoyens est nécessaire pour faire durer le projet. Il lance ainsi un appel aux commerçants et aux habitants de la région pour qu’ils « prennent soin des plantes » qui embellissent depuis quelques jours certaines aires de stationnement. Les responsables de la Chinatown Foundation ont eu la collaboration de nombreux bénévoles pour la mise en pratique de ce projet “green”.

Le ministre de l’Agro-industrie salue pour sa part la démarche de cette fondation, en souhaitant qu’elle remettra en valeur les atouts de ce quartier. « Toutes les principales villes du monde ont un quartier chinois et c’est bien d’en avoir un chez nous aussi. Mais comme l’a dit le président de la fondation, il faut le rendre agréable. La tendance à travers le monde est de retrouver la nature dans la vie quotidienne. Et cette démarche de la Chinatown Foundation s’inscrit dans la stratégie de mon ministère; c’est pour cette raison que nous collaborons à ce projet », a déclaré hier le ministre Seeruttun.

Ce dernier a rappelé le programme consistant à planter 500 000 arbres à travers le pays. Ce programme, qui a débuté en 2016, prendra fi n en 2020. « Nous avons planté jusqu’ici 30 000 arbres », a affirmé le ministre.