Si tous les partis politiques briguent les élections générales, le 10 décembre prochain, les électeurs de la République auront à faire leur choix entre 74 formations, enregistrées auprès de la commission électorale. Dans l’isoloir, l’électeur aura pour réflexe de chercher d’abord le symbole du parti de son choix avant de vérifier le nom du/de la candidat/e associé/e à celui-ci et de voter. Mais le logo d’un parti politique n’est pas qu’un repère visuel. Un emblème est porteur de sens, allant de l’historique du parti à son idéologie.
Une chaise, un téléphone, une coupe, des lunettes ce ne sont pas, là, les éléments d’une liste d’effets personnels. Mais quelques-uns des symboles de partis politiques – lesquels se sont enregistrés auprès de la Commission électorale le 14 dernier – qui pourraient figurer sur le bulletin de vote des électeurs le jour des législatives, le 10 décembre prochain. Des symboles, qui comme le portrait de Zorro, ou encore quatre têtes de chats, peuvent a priori décrocher un sourire et laisser dubitatif d’autant, dit-on, que la politique est chose sérieuse! Pourtant, c’est auprès de la très sérieuse commission électorale que des partis peu inspirés pour la conception d’une identité visuelle trouvent ces logos, populaires et insolites à la fois. La commission électorale dispose, en effet, d’une liste de symboles qui est mise à la disposition des partis sans logos. Ils peuvent alors puiser dans cette liste et s’attribuer, voire s’approprier, ainsi un symbole qui finira par caractériser leur parti. Par ailleurs, ces symboles décalés ont la particularité de contribuer au folklore que l’on connaît pendant les élections générales et villageoises à Maurice.
Toutefois, au-delà de cette facette plutôt cocasse de certains symboles qui, une fois imprimés sur le bulletin de vote, apparaissent davantage comme des dessins ludiques, leur pertinence est loin d’être des moindres! En effet, avec un peu plus de 70 partis ayant l’intention de briguer les élections, les symboles sont des repères qui facilitent la tâche de l’électeur dans l’isoloir. Car qu’importe son niveau intellectuel, le votant a pour premier réflexe de scruter les logos avant de s’arrêter sur celui de son choix et cocher les cases qui  correspondent avec les candidats du parti qu’il veut voir à l’Assemblée nationale. Aussi, un symbole est une identité graphique en phase avec l’historique, la philosophie, la vision, le discours et la mission d’un parti politique. Plus fort que la couleur qui lui sert de fond, il doit avoir un impact sur les cibles et être en mesure de leur «parler» en un seul coup d’oeil. De ce fait, durant la conception d’un logo politique, rien ne devrait être laissé au hasard… Mais parfois, c’est le hasard et une combinaison de différents facteurs, y compris le destin, qui ont donné naissance à des symboles désormais bien ancrés dans le paysage politique mauricien. Ainsi, on peut dire qu’au fil des décennies, ce sont les discours qui ont forgé l’identité de ces symboles.