Les émissions politiques de mardi soir étaient principalement axées sur le combat contre la drogue, la criminalité et la violence au sein de la famille. Les principaux blocs comme les autres partis s’engagent à éliminer ces fleaaux  de la société pour rétablir la justice sociale. Le chômage était aussi au coeur de leurs intérêts.

L’Alliance Morisien revient sur les projets réalisés

Nando Bodha, de L’Alliance Morisien, dit avoir un sentiment de travail accompli. « En 2014, Maurice avait un bilan économique et social catastrophique. Aujourd’hui, Maurice est un grand chantier, avec plusieurs projets en cours, notamment le métro, le projet Ring Road, la réparation de la route Terre-Rouge/Verdun et la construction de maisons », indique-t-il. Il ajoute que comme le gouvernement sortant, L’Alliance Morisien envisage de construire un pays « où règne la justice sociale ». Il est revenu sur les mesures populaires déjà prises, comme le salaire minimum, la Negative Income Tax et la fourniture d’eau et d’électricité. La justice sociale, dit-il, comprend aussi la formation des jeunes pour renforcer la main-d’œuvre.

Anwar Husnoo a rappelé que le gouvernement a alloué un budget de Rs 12 milliards pour moderniser le secteur de la santé, avec des projets comme le nouvel hôpital ENT, le centre de cancer – « avec des équipements high-tech » –, la construction du nouvel hôpital de Flacq ainsi que quatre nouvelles medicliniques et un nouveau centre de stockage pour les médicaments. Il rappelle aussi que le Premier ministre sortant a introduit la National Sport & Physical Act Policy pour encourager le sport et les activités physiques.

Par ailleurs, il est revenu sur le recrutement de 650 nouveaux médecins, la disponibilité de nouveaux services dans les hôpitaux et la création de centres de réhabilitation pour les victimes de drogues synthétiques et de la drogue dure. Comme projets à venir, il annonce l’introduction du médecin de famille, l’amélioration de l’hôpital Queen Elizabeth, à Rodrigues, ainsi que des nouveaux services à Agaléga.

L’Alliance Nationale pour l’amélioration de divers secteurs

Patrick Assirvaden a mis l’accent sur les promesses de L’Alliance Nationale, notamment la révision de la pension de vieillesse à Rs 10 000 dès décembre, une baisse du prix de la bonbonne de gaz à Rs 150, une réduction de 25% sur les frais d’électricité et l’abolition de la taxe municipale pour les citadins. « Nous faisons cela pour les “ti dimoun” et petits entrepreneurs. Le pays pourra à nouveau respirer et les Mauriciens pourront joindre les deux bouts », dit-il.

Ezra Jhuboo fait ressortir que le pays a « beaucoup de potentiel » mais que des organisations comme les administrations municipales, conseils de district et conseils de village, entre autres, « sont en train de gangrener le pays par leur incompétence et la corruption ». L’Alliance Nationale, dit-il, s’engage aussi à offrir « un nouveau souffle » aux PME, et ainsi créer plus d’opportunités d’emplois pour les jeunes. « Dans les secteurs traditionnels, comme le tourisme, l’agriculture, les loisirs, le commerce ainsi que les secteurs innovants comme l’industrie océanique ou l’économie verte, l’Alliance Nationale s’engage à créer un cadre favorable pour le développement des PME avec un meilleur accès au financement », précise-t-il.

Rama Sithanen indique que l’Alliance Nationale a pour objectif de « relancer et redynamiser » l’économie et recréer de l’emploi. Il soutient que presque tous les secteurs « sont en danger », mais que l’Alliance Nationale vient avec un programme « avec une stratégie réfléchie pour redonner confiance aux investisseurs et encourager l’exportation ». En ce qui concerne l’emploi, il devait souligner que des Job Centers seront disponibles à travers le pays avec une base de données accessible pour résoudre le problème de “mismatch”.

MMM se lance dans un combat contre la criminalité

Veda Baloomoody s’inquiète du taux de criminalité et de la délinquance juvénile à Maurice. Il explique que les crimes « sont liés à la drogue et à l’ingérence politique dans la force policière ». Et d’ajouter que le MMM s’engage à mener des études sociologiques « pour mieux comprendre comment les réseaux criminels exploitent les personnes vulnérables ». Il propose aussi une Police Reform Commission pour revoir les conditions de travail des policiers, assurer que les policiers bénéficient de formations et qu’il n’ait pas d’ingérence politique dans la force policière. En sus de l’introduction d’un Police and Criminal Evidence Bill pour remplacer le système de charge provisoire.

Jenny Adebiro est revenue sur la violence au sein de la cellule familiale. Selon elle, « l’heure est venue de redonner de la dignité aux femmes et aux personnes âgées », et de revoir la Domestic Violence Act. Et d’annoncer une meilleure organisation des centres d’accueils pour faciliter l’accès aux femmes. Robert Hungley, pour sa part, a rappelé que « les courses hippiques ont été prises en otage », évoquant « une mauvaise image » sur le plan international. Le MMM prône ainsi un meilleur contrôle des courses hippiques et propose de limiter le nombre de “betting shops” à travers le pays. L’accès au “gambling” et aux jeux de hasard sera également limité. Des professionnels siégerons sur le Gambling Board.

Nabil Moolna a dénoncé la « destruction de la jeunesse » par la drogue de synthèse. Il fait ressortir que le MMM, s’il arrive au pouvoir, appliquera toutes les recommandations du rapport Lam Shang Leen.

Les autres interventions

• Roshi Bhadain, leader du Reform Party, s’est défendu dans le cadre de l’affaire BAI. Il devait ainsi expliquer que la décision ne venait pas de son ministère. Puis il a rappelé les différents problèmes d’infrastructure dans différents endroits et a demandé à la population de voter pour son parti « pour le développement du pays ».

• Les candidats de Lalians Lespwar proposent de créer de 50 000 emplois ainsi que d’améliorer la situation des femmes, du secteur de l’éducation et de la santé publique. Ils ont aussi mis l’emphase sur les divers scandales au gouvernement, « l’incompétence des députés » et les gaspillages, selon le rapport de l’Audit.

• Le candidat de l’OPR Jean Francisco François a rappelé que « Rs 57 millions ont été injectées » dans des projets de drains et qu’un montant de Rs 161 millions est actuellement disponible pour la poursuite des travaux. Il dit vouloir être un « député de proximité » et s’engage à améliorer la situation à Rodrigues, notamment en consolidant et renforçant l’autonomie, en baissant le coût de la vie et en enlevant le “zoning” dans le lagon.

• Le leader de 100% Citoyens et des candidats de ce mouvement ont brièvement évoqué l’importance de protéger l’environnement, d’améliorer la situation dans le secteur sportif et des loisirs, ainsi que la situation des PME. Ravin Papiah a situé l’enjeu des élections et a estimé qu’il est « beaucoup plus grand » que ce que la population imagine.

• Les candidats du PKM se sont attardés sur les problèmes de la pauvreté, de la drogue et du chômage à Maurice. Ils pensent aussi que les jeunes dans le secteur de l’informatique sont « exploités ». Ils demandent de sanctionner les partis traditionnels.

• Le FSM s’est aussi intéressé au problème de la drogue. Pour sa part, son président, Goorooduthsing Awootar, est revenu sur la lutte du FSM sur la réforme électorale et devait expliquer que le leader, Cehl Meeah, « est un homme intègre ».

• Les Verts Fraternels soutiennent que leur parti a expérimenté, « encore une fois, la force de la répression des lobbies économiques sur la politique du pays », surtout après la publication du rapport de la Commission Justice et Vérité. Le Dr Daniella Police-Michel déplore l’injustice, la discrimination et l’exploitation « qui règnent toujours dans le pays ».

• Les candidats du MDM ont indiqué comment le problème de la drogue « a dévalisé des familles ». Pour résoudre ce problème, le MDM promet que les victimes de la drogue ne seront sujettes « ni à des dépositions, ni à des poursuites, ni à l’emprisonnement ». Ils proposent que la prison de Melrose soit transformée en hôpital moderne pour les victimes de la drogue.