La MBC et une quinzaine de formations et alliances qui participeront aux élections générales du 10 décembre prochain sont arrivés à un accord concernant la diffusion des émissions politiques entre le 1er et le 9 décembre. L’organisation et la répartition du temps d’antenne sont basées sur les mêmes critères appliqués lors des précédentes élections générales. La part du lion ira à l’alliance PTr/MMM qui aura droit à 105 minutes à l’antenne de la télévision et de la radio alors que l’Alliance Lepep disposera de 79 minutes au total.
Le directeur de la MBC, Dan Callikan a indiqué au Mauricien que 540 minutes seront consacrées aux émissions politiques à la télévision et que le même temps d’antenne sera utilisé à la radio.
Une heure par jours sera consacrée aux émissions politiques aussi bien à la télévision qu’à la radio. Elles seront diffusées sur la première chaîne de la télévision quotidiennement entre 20 h 05 et 21 h 05. Kool FM et Radio Mauritius diffuseront les émissions entre 18 h 30 et 19 h 30.
L’enregistrement des émissions politiques débutera aujourd’hui. Selon Dan Callikan toutes les dispositions ont été prises que tous les enregistrements se fassent dans les meilleures conditions possibles. Ainsi un lieu spécial dans l’enceinte de la MBC a été aménagé et sécurisé afin d’assurer la confidentialité tout le processus d’enregistrement. Une équipe sera dédiée à l’enregistrement de l’émission entre le 1er et le 9 novembre prochain. Le studio disposera de tous les services annexes nécessaires.
Dan Callikan a fait comprendre au Mauricien que la formule adoptée par la MBC est la même que celle utilisée en 2005 et en 2010. Ces émissions s’inscrivent dont dans la continuité. Les principes définis par l’IBA ont été adoptés par la MBC qui s’est assuré des services de trois conseillers légaux pour viser les textes des émissions afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de diffamation, pas d’attaques personnelles, pas de communalisme et pas de propos racistes. Nando Bodha a logé une protestation concernant les provisions d’une disposition de l’accord entre la MBC et les formations politiques. Il refuse que les bandes d’enregistrement des émissions de l’Alliance Lepep soient gardées à la MBC. Il a porté l’affaire devant l’Electoral Supervisory Commission.