Emmanuel L’Eveillé, finaliste du concours Dance Fever en 2009, n’est pas qu’un très bon danseur; il est aussi un excellent slameur. Le lauréat en individuel, également vice-champion en équipe, se sent à l’aise lorsqu’il déclame ses sentiments.
Il slame comme il danse, avec agilité et de manière énergique. Alors que la plupart lisent leurs textes sur des bouts de papier, lui choisit de balancer ses mots sur le bout de la langue. Emmanuel L’Eveillé fait du Michael Jackson en vous parlant des Valeurs Humaines. Les mots peuvent blesser et caresser à la fois. L’étudiant de HSC du collège St Joseph a ébloui la salle et le jury en récolant trois 10/10 pour son dernier slam.
Grand Corps Malade pour le phrasé et le rappeur Kamnouze pour la présence scénique : Emmanuel L’Eveillé s’inspire de ces deux artistes pour trouver sa voie. Il n’imite pas mais construit son univers avec des mots pour dire ses sentiments. “Il suffit d’un mot pour qu’un texte prenne forme dans ma tête. Je suis un slameur-poète, qui aime déclamer ses mots sur scène plutôt que de noircir des pages blanches.”
Deux univers.
Après ses études, il se voyait entamer une carrière de danseur. Mais le slam s’est invité dans la danse. “Cela fait trois ans que je fais du slam. Après un premier essai au slam inter-scolaire en 2010, j’y ai pris goût et j’ai commencé à écrire.” Tico Soopaya, Damien (dit L’amant Poétique) et Clairette Delard, lui ont appris les bases de cette culture des mots.
Mais il n’a pas délaissé la danse pour autant. “Je ne veux pas faire le choix entre le slam et la danse. C’est impossible de vivre sans l’un ou l’autre. Aujourd’hui, je me sens à l’aise dans les deux univers; je vais essayer de concilier les deux. Pour l’instant, je ne me pose pas de questions, car je prépare mes examens de HSC.”
Pour cette présente édition, outre le prix en individuel, Emmanuel L’Eveillé a également brillé en équipe en se classant deuxième, juste derrière le quatuor rodriguais. L’an prochain, il défendra les couleurs de Maurice au championnat de slam à Paris.