Emmanuel Richon livre une réflexion critique sur l’identité mauricienne dans un essai intitulé L’accorité. Le vivre-ensemble paisible de notre pays pluriculturel est analysé avec des exemples puisés du 18e siècle à nos jours. Présentation à travers quelques points saillants.
On connaît l’entraide des Mauriciens dans des situations de coups durs. Des voisins qui accourent pour donner un coup de main en se disant qu’ils pourraient être les prochaines victimes d’un cyclone ou d’une inondation. Ce soutien spontané est désigné par Emmanuel Richon sous un terme qui appartient exclusivement à la langue kreol et qu’il francise en accorité. Ce terme est une construction locale. Elle se réfère à une réalité mauricienne : celle de l’entraide au-delà des clivages ethniques.