Suite à la manifestation pacifique organisée en décembre dernier contre le Bar/Restaurant 1974 accusé d’empiéter sur la voie publique, les forces vives de Trou-aux-Biches interpellent à nouveau les autorités et les élus de la circonscription n° 5 (Pamplemousses/Triolet) concernant ce cas de danger public et autres black spots dans ce village. Ils comptent adresser une lettre cette semaine au ministère des Infrastructures publiques et à la Traffic Management and Road Safety Unit en ce sens. Un meeting public figure également à l’agenda.
Le Bar/Restaurant 1974 à Trou-aux-Biches est pointé du doigt depuis un moment en raison du projet d’extension de son commerce avec la construction d’une terrasse empiétant sur le trottoir public d’une distance d’environ 6 à 7 mètres. Le commerce est situé dans le complexe de l’ancien Aquarium de Maurice. Avec les infrastructures qui ont été ajoutées, les piétons qui empruntent le Trio Road se retrouvent contraints de marcher sur l’asphalte. Après avoir déposé une plainte au Conseil de District de Pamplemousses, un groupe d’habitants et les forces vives avaient organisé une manifestation le 12 décembre dernier, jugeant inadmissible que le promoteur en question s’engage dans un projet d’extension en aménageant une terrasse sur la voie publique. « Suite à la manifestation du 12 décembre, nous avons souhaité que les autorités prennent les choses en main, mais nous sommes toujours dans le flou concernant des actions concrètes à l’encontre des propriétaires du restaurant », dénoncent les forces vives. Ces derniers se demandent si le Conseil de District a entamé les actions judiciaires à l’encontre des propriétaires.
Malgré les plaintes au Conseil de District et la manifestation pacifique, les infrastructures érigées par les propriétaires de ce commerce, à savoir un mur de plusieurs rangées, sont toujours présentes et n’ont pas été enlevées. Jacky Alexandre, conseiller du village, estime qu’il s’agit d’un véritable danger public. Selon ce dernier, ce carrefour est très fréquenté par les véhicules à longueur de journée, de même que les commerces et les espaces de loisirs à proximité. Cette partie de Trou-aux-Biches est d’autant plus considérée comme un véritable « hot spot » en termes d’insécurité routière. La sécurité routière étant une priorité nationale des autorités cette année, les forces vives estiment alors que le ministère des Infrastructures publiques doit se saisir de ce dossier dans les plus brefs délais. Les forces vives de la région prévoient de tenir un meeting public prochainement. « Rendez-nous notre trottoir », réclament les habitants.