La participation à hauteur de 48,45 % de Dawood Rawat, excluant les 5 % de Yukondale Ltd, assurant le contrôle de GlobalCapital plc de Malte, est au centre d’un véritable enjeu stratégique. Et cela, que ce soit du côté des autorités mauriciennes, engagées dans une série d’enquêtes de nature criminelle dans l’écroulement de l’empire Rawat avec l’opération « Daylight Robbery », que dans le camp du Chairman Emeritus de la BAI. Face à la résistante offerte par les autorités mauriciennes pour bloquer tout deal de rachat de cette part du groupe BAI, Dawood Rawat tente de jouer son va-tout pour éviter que la Malta Financial Services Authority, qui a suspendu la cotation des titres de GlobalCapital plc sur la Bourse de Malte depuis le 17 avril dernier, emboîte le pas à la Financial Services Commission de Maurice pour mettre cette entité sous administration à Malte.
Un volet de haute politique sur le plan international n’est pas à écarter dans cette affaire avec des discussions entre le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, et son homologue de Malte, Joseph Muscat. Sur le front local, les dernières clameurs se sont tues dans la nuit de jeudi à vendredi avec un accord annoncé avec le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related au sujet du redéploiement de 246 des 247 employés d’Iframac. Par contre, du côté des auditeurs, les Findings du Financial Reporting Council, qui devront êtres soumis très bientôt, pourraient s’avérer très lourds pour la firme d’experts-comptables KPMG, dans la tourmente BAI depuis le mois d’avril dernier. Il y a encore la relance de la polémique sur les fees des anciens Special Administrators de BAI, Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet, avec des réclamations détaillées de Rs 96 millions soumises mercredi dernier.
La nomination sur le conseil d’administration de GlobalCapital plc de Christopher Pace, dont la proximité avec Dawood Rawat ne peut être contestée, et de Paolo Catalfamo, ressortissant italien et banquier d’affaires opérant à Malte et au Luxembourg, à qui certains attribuent une connexion étroite avec Nandanee Soornack, est considérée comme un move calculé pour préserver les arrières du Chairman Emeritus de la BAI. Avec ces deux nouveaux directeurs avalisés lors de l’assemblée des actionnaires mercredi à Malte, et la présence du Chief Executive Officer Reuben Zammit, Dawood Rawat peut compter sur un soutien inconditionnel pour défendre ses intérêts et lui épargner une enquête au criminel sous les lois de l’Union européenne par rapport au Ponzi Scheme de GlobalCapital plc avec au moins 400 000 polices d’assurance concernées et un premier remboursement de plus de Rs 600 millions à être effectué au plus tard le 2 juin de l’année prochaine. Comme dans le cas de la BAI Co (Mtius) Ltd, avec l’Audit Presentation de KPMG du 29 mars 2011 confirmant la faillite dès décembre 2009, GlobalCapital plc ne dispose pas d’Assets pour honorer ces engagements. La firme Deloitte souligne d’ailleurs avec force dans son dernier audit des comptes que cette entité opérant à Malte court de gros risques de n’être plus un « on-going concern ».