Le deal pour la vente des actions appartenant à BAI Co (Mtius) Ltd au sein de la société GlobalCapital plc, la contrepartie de BAI à Malte, est sur le point d’être conclu avec l’EIP plc de Paolo Catalfamo en bonne position pour ce rachat. Les actionnaires de GlobalCapital plc sont convoqués à une assemblée le vendredi 4 septembre à Malte en vue d’avaliser les procédures en vue de conclure le Share Purchase Agreement entre les Special Adiministrators de BAI Co (Mtius) Ltd et le racheteur. Entre-temps, le château médiéval de Dawood Rawat, situé à Collalto Sabino, à 50 kilomètres de Rome, Italie, est mis en vente à Rs 500 M. Toutefois, il semblerait que les acheteurs ne se bousculent nullement pour ce bijou du patrimoine immobilier constitué par le clan Rawat avec les fonds détournés du conglomérat BAI. En ce qui concerne la reprise de Courts à Maurice, des développements ne devront intervenir qu’à la réception par David Isaacs du contrat signé par les Special Administrators, confirmant qu’il est bel et bien le racheteur désigné. A Singapour, Courts Asia, qui affirme être lésée par cet exercice, s’en prend directement au ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, dans la décision favorisant le consortium de David Isaacs.
La confirmation d’EIP plc de Paolo Catalfamo, un banquier et gestionnaire de fonds installé à Malte avec des antennes à Maurice, aux États-Unis et Inde, notamment à travers le Merchant Banking Group Investar, se fait avec l’annonce de la prochaine assemblée des actionnaires de GlobalCapital plc du 4 septembre. Malgré les objections initiales des autorités mauriciennes depuis avril dernier, Paolo Catalfamo et son partenaire Andrea Zitelli ne se sont jamais désistés dans cette course pour racheter les 48,45 % d’actions de Dawood Rawat au sein de cette société, engagée à Malte dans quasiment les mêmes activités que la BAI à Maurice.
À ce stade, aucune indication officielle n’a été révélée quant au montant à être versé dans le cadre du Share Purchase Agreement sur les 6 399 092 actions ordinaires de GlobalCapital plc de BAI Co (Mtius) Ltd, qui avaient fait de Dawood Rawat le plus puissant actionnaire et Chairman de cette société à Malte jusqu’au début d’avril dernier. Vu que le deal porte sur un Substantial Shareholding aux termes de la Listing Rule de la Malta Financial Services Authority, les actionnaires sont tenus à être consultés et à prendre un vote sur cette résolution.
Jusqu’ici, cette transaction porte uniquement sur la participation de BAI Co (Mtius) Ltd de 48,45 %, excluant les 5 % d’actions de Yukondale Ltd dans GlobalCapital Ltd, faisant du Chairman Emeritus de la BAI l’actionnaire majoritaire de cette société avec des investissements conséquents dans l’immobilier, notamment en Italie, Malte et Croatie. Après l’annonce initiale du 22 avril, EIP plc est revenue à charge le 22 juillet comme l’atteste cette communication officielle aux actionnaires.
Restructuration
« On 22 July, GlobalCapital plc announced that following the conditional offer by EIP plc to BAI Co (Mtius) Limited for the acquisition of the 48.45 % shareholding it holds in GlobalCapital plc, EIP plc has now entered into a share purchase agreement with BAI Co (Mtius) Ltd for the acquisition of the aforementioned shareholding. The share purchase agreement is a legally binding agreement which is conditional upon the fulfilment of a number of conditions, including approval by the Company for due diligence to be carried out and all necessary regulatory approvals », note GlobalCapital plc en prévision de la réunion des actionnaires du 4 septembre.
Cette vente de la part détenue par le groupe BAI sera accompagnée par une restructuration du capital de la compagnie car dans leur dernier rapport annuel, les auditeurs de GlobalCapital plc sont arrivés à la conclusion que « without funding, there is a material uncertainty that may cast significant doubt about the company’s ability to continue as a going concern », soit le même scénario que les autres entités du groupe BAI à Maurice.
Commentant la performance financière de GlobalCapital plc, le Times of Malta de la fin de la semaine dernière souligne que « next June, Global Capital has to repay €14 million outstanding from its 17 million euros unsecured bond issued in 2006, which has a coupon rate of 5.6 per cent. It currently has an authorised share capital of just 8.7 million euros (paid up : 3.8m euros), and according to its shareholder circular, wants to increase this almost fivefold (466 per cent) to 40.8 million euros ».
Ainsi, le château baronial en Italie, où des membres de la famille passaient leurs vacances d’été en Europe, est mis en vente en vue de recouvrer des fonds nécessaires. Le price tag de ce domaine comprenant 15 chambres sur une superficie de 2,5 arpents est de l’ordre de Rs 500 millions. Les investissements dans ce château représentent 6 % des avoirs de GlobalCapital plc.
Ce n’est pas seulement à Maurice que le château du Chairman Emeritus de BAI alimente la conversation. Le Times of Malta note que « the group said it was currently in advanced negotiations with potential buyers to dispose of other excess property and the aim is to sell all of them by the end of 2016. The property portfolio – somewhat bizarrely – includes a baronial 12th century castle in Collalto Sabino, 50 km outside of Rome, currently valued on the books at around €5.5 million – six per cent of the group’s total assets, and a quarter of the investment property portfolio ».
« We were unfairly treated »
D’autre part, les procédures pour la reprise de Courts sont tributaires à la signature de l’accord avec les Special Administrators de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities. C’est ce qu’a indiqué David Isaacs en faisant ressortir que la liste des 20 % des employés, soit 185, sous le coup d’un licenciement, ne sera rendue publique qu’à la signature officielle du contrat de rachat de Courts. Ainsi, la réunion tripartite du jour au ministère du Travail et des Relations industrielles du jour a été reportée.
De son côté, Courts Asia ne compte pas rester les bras croisés après la décision en faveur du consortium mené par David Isaacs. Dans des commentaires publiés dans la presse à Singapour durant le week-end, les représentants de ce groupe dénoncent l’intervention du ministre Bhadain dans les procédures d’Expression of Interest.
« Evidently, we were unfairly treated and ousted at the 11th hour. There is a lot of smokescreen (sur la reprise de Courts). It looks like the process has been completely circumvented by the minister in charge », écrit le Strait Times de Singapour en rapportant les propos d’un porte-parole de Courts Asia. Le Chief Executive de Courts Asia, Terry O’Connor, confirme l’intention du groupe d’avoir recours à des actions légales contre les autorités mauriciennes vu qu’il avait eu le statut de Preferred bidder.
D’autres épisodes du feuilleton Dawood Rawat sont à prévoir…