Depuis hier après-midi, un nouveau chapitre est tourné dans le tumultueux feuilleton de l’écroulement de l’empire Dawood Rawat de Rs 35 milliards. La Financial Services Commission a confirmé la nomination de Yacoob Ramtoola, Chief Executive Officer de BDO, en remplacement de Yogesh Basgeet de PwC, en tant que Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, sur fond de réclamations de Fees de Rs 136 millions. Le litige entre PwC, par le truchement des ex-Special Administrators, Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet, demeure encore entier avec des suites sur le plan arbitral ou judiciaire initiées par le duo Oosman/Basgeet. De son côté, Yacoob Ramtoola, tout en établissant un état des lieux, doit se préoccuper de deux priorités : primo, assurer les salaires des employés d’Iframac et de Courts principalement vu que les avoirs de la clinique Apollo-Bramwell ont déjà été transférés à la National Property Fund Limited depuis le début de la semaine. N’empêche que le personnel de la clinique est préoccupé par les dessous de cette prise en charge suite à des manigances pour maintenir le tandem Taher/Ollite à la tête des opérations. Un autre dossier prioritaire et litigieux pour le troisième Special Administrator de la BAI prend la forme du Share Purchase Agreement des 48,45 % d’actions détenues par le Chairman Emeritus de BAI, Dawood Rawat au sein de GlobalCapital plc de Malte, qui est également propriétaire d’un château médiéval à Rome, évalué à quelque Rs 500 millions.
Dans des milieux autorisés, l’on soutient qu’à ce stade, le paiement des salaires pour la fin du mois d’août ne devrait pas poser de gros soucis pour le Special Administrator Ramtoola, qui s’est déjà attelé à la tâche depuis sa nomination par la FSC suite à la réunion du board d’hier. Par contre, le dossier le plus épineux dans la conjoncture touche à l’offre de rachat soumise par le banquier italien, basé à Malte, Paolo Catalfamo, de la société EIP plc, des 48,45 % d’actions au nom de Dawood Rawat au sein de GlobalCapital plc à Malte, dont la cotation sur la Bourse a été suspendue par la Malta Financial Services Authority le 17 avril dernier, soit au lendemain de l’éclatement de la BAI Mega-Financial Scam.
En principe, les actionnaires de GlobalCapital plc, propriétaire du château du clan Rawat en Italie, sont convoqués à une assemblée générale, vendredi prochain à Malte, pour avaliser toute une gamme de résolutions en vue de restructurer la compagnie avec l’écroulement de l’empire Rawat à Maurice et dans le monde. Une des résolutions concerne le Share Purchase Agreement proposée par EIP plc de Paolo Catalfamo aux Special Administrators de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities depuis au moins le 22 juillet dernier. Un montant de Rs 190 millions a été proposé pour le rachat de la participation majoritaire du groupe mauricien au sein de GlobalCapital plc, représentant 6,4 millions de titres.
Le Special Administrator Ramtoola devra avoir, dans un avenir pas très lointain, des discussions avec la FSC et les Senior Partners d’E&Y (Ernst&Young) au sujet de la marche à suivre pour l’assemblée des actionnaires de GlobalCapital plc de vendredi prochain. Au sein de la FSC, une réticence se fait déjà sentir car les Rs 190 millions sont considérées comme étant « on the low side ». Ces sources avancent que parmi les avoirs et placements de GlobalCapital plc se trouve le château en Italie d’une valeur marchande de Rs 500 millions même si cette propriété domaniale n’arrive pas à trouver preneur. Il en est de même pour des propriétés immobilières en Croatie, Roumanie, Italie et Malte.
À ce stade, il n’y a aucune indication au sujet des instructions qui pourront être transmises au Special Administrator au sujet du Share Purchase Agreement agréé avec Paolo Catalfamo au nom d’EIP plc. Yacoob Ramtoola, de BDO, devra accéder à toute la documentation et aux correspondances précédentes entre les parties concernées avant de déterminer la marche à suivre au sujet du château et des placements chez GlobalCapital plc.
Aux termes du contrat signé avec la FSC, le nouveau Special Administrator disposera d’un délai de deux semaines pour compléter le Transfer of Undertaking d’Iframac et de Courts selon les décisions arrêtées par le conseil des ministres du vendredi 7 août. En parallèle, au cours de cette même période, l’équipe autour de Yacoob Ramtoola devra donner un coup d’accélérateur au recouvrement des réclamations : le Financial Footprint de Rs 500 millions dans le système Media Metrix Ltd/Yukondale Ltd, dont les Rs 81 millions du Half-Baked Deal, sans compter les prises de participation dans la centaine de filiales du groupe BAI.
Les développements intervenus cette semaine sur le dossier de BAI Co (Mtius) Ltd a provoqué des énervements sur deux fronts majeurs, soit parmi le personnel de la clinique Apollo-Bramwell et au sein des employés d’Iframac. Dans le premier cas, les employés de l’ancienne clinique BAI se réuniront cet après-midi au QG de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) pour passer en revue la situation.
« À ce stade, les employés d’Apollo-Bramwell veulent avoir des précisions et des éclaircissements sur ce qui a été décidé. Que se passera-t-il avec leurs emplois et leurs conditions ? Les manigances des anciens lieutenants de Dawood Rawat à la tête de la clinique inquiètent les employés, qui ne savent plus à quelle porte frappée pour comprendre ce qui se passe. Zot pa oule sap dan dife tom dan pwalon », a déclaré au Mauricien le syndicaliste Reeaz Chuttoo en prévision de la rencontre de cet après-midi.
L’un des sujets de préoccupation est la présence du tandem Taher/Ollite à la tête d’Apollo Bramwell. Incontestablement, Swadeck Taher, Chief Executive Officer de Bramser Services Co. Ltd, a été un des plus fidèles lieutenants de Dawood Rawat, au même titre que Rishi Sookdawoor ou encore Seemadree Rajanah. La CTSP a dû intervenir pour déjouer une tentative de pétition pour réclamer que Swadeck Taher soit maintenu à son poste envers et malgré tout.
L’une des demandes, qui sera entérinée, porte sur une rencontre avec le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, dans les meilleurs délais possibles. « Lors de cette rencontre, nous voulons obtenir des garanties du ministre Bhadain au sujet du projet d’avenir de la clinique Apollo-Bramwell. Nous comprenons que la visite officielle du président du Ghana a bousculé le calendrier de travail. Mais il est temps que cette rencontre ait lieu », ajoute le syndicaliste.
Chez Iframac, les dirigeants d’Iframac Employees Welfare Association ont adressé une correspondance à la FSC faisant le procès des ex-Special Administrators, Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet. La demande formulée par les employés d’Iframac est « a full-fledged inquiry regarding the administrator’s role in the loss of our main dealerships, causing serious prejudices to the employees and their families. »
Les membres d’Iframac Employees Welfare Association accusent les Special Administrators de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities de n’avoir pas protégé au mieux leurs intérêts, notamment lors des tractations avec CFAO-IMC pour la représentation de la franchise de Mercedes-Benz, en particulier lors d’une Site Visit le 7 juillet dernier.
« Since CFAO is a competitor of Iframac Ltd, we believe that the Administrator has not protected the rights of Iframac Limited, by giving CFAO access to our premises. We are of the view that he acted in CFAO’s interest and benefit, since CFAO did not have any facilities to show to the Mercedes representatives. The Iframac Plaine Lauzun was verbally stated and viewed by the administrator to be the future workshop of Mercedes Benz for CFAO. In addition, the showroom of Mercedes was planned to the Phoenix Les Halles showroom, which was up to the standards of Mercedes Benz », soutiennent-ils en regrettant que tous les compétiteurs d’Iframac auraient eu accès à des informations confidentielles sur les employés et la compagnie en général.