Les négociations menées et conclues en fin de semaine par le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola, marquent une étape cruciale dans le démantèlement de l’empire Rawat amorcé avec l’éclatement du BAI Ponzi de Rs 23 milliards. Les trois sociétés, en l’occurrence CFAO-IMC, le groupe Leal et Axess, de même que la compagnie MECOM sont parvenues à un accord quant à la répartition des 247 employés d’Iframac. Les premiers détails ont été communiqués officiellement dans la journée d’hier aux employés concernés avec ces derniers réclamant un délai de réflexions avant de donner leur avis de manière officielle. La mise en place de ces mesures devra se faire jusqu’à mardi prochain même si le groupe Leal en reprenant 108 employés additionnels d’Iframac en sus des 15 déjà en place, portant le nombre total à 123, se taille la part du lion avec 50 % du personnel. D’autre part, toujours en cette fin de semaine, la présidente et le secrétaire général de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP), Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo, respectivement, ont tiré la sonnette d’alarme devant le délai accusé pour la mise à exécution des décisions relatives à la reprise d’Apollo-Bramwell et surtout ont dénoncé les agissements d’un Interim CEO, faisant la pluie et le beau temps à la clinique en raison de sa proximité avec une importante personnalité politique.
A hier après-midi, le groupe Leal, qui détient désormais la marque Mitsubishi, a été le premier à confirmer son intention de signer un accord pour la reprise de 123 employés sur un total de 247 membres du personnel d’Iframac, soit au moins un sur deux. Un peu plus tôt en début d’après-midi, le Special Administrator avait eu une séance de travail dans l’enceinte d’Iframac avec les employés en vue de communiquer les grandes lignes de l’accord intervenu dans la nuit de jeudi à vendredi. Au terme de ce développement, le projet d’autogestion de la New Iframac Motors Ltd, en quête de marques de voitures pour son Dealership, est devenu caduc.
Faisant l’historique de la dernière étape des négociations avec le Special Administrator, le groupe Leal souligne qu’« une proposition avait été faite le 5 août pour reprendre 58 employés travaillant directement ou indirectement avec la marque Mitsubishi. Leal a proposé de reprendre 50 employés additionnels de New Iframac Motors Ltd. Ceux-ci s’ajouteraient aux 15 employés d’Iframac qui ont déjà rejoint Leal & Co. Ltd, soit un total de 123 employés qui seraient repris ».
Même si cet arrangement représente une transaction financière conséquente, Eric Leal, le Chief Executive Officer, est d’avis que « c’est un accord gagnant-gagnant comportant un volet social non négligeable. Le groupe a été sollicité pour la reprise de New Iframac Motors Ltd. Notre démarche de sauvegarder un maximum d’emplois permettrait de reprendre 50 employés additionnels avec leurs salaires actuels et leur temps de service. Même si la marque Mitsubishi ne représentait que 25 % du chiffre d’affaires d’Iframac Ltd, nous serions satisfaits d’avoir pu sauver près de la moitié de ses employés ».
Pour les besoins de cette reprise, le groupe s’installera dans les locaux d’Iframac à Plaine-Lauzun alors que CFAO-IMC, le nouveau concessionnaire de Mercedes-Benz, prendra ses quartiers à Phoenix Les Halles au terme de l’accord. L’occupation de ces immeubles fera l’objet d’un contrat de location d’une durée de 20 ans avec la National Property Fund Ltd, propriétaire des immeubles après l’exercice de Carving Out of Assets.
« J’attache beaucoup d’importance au service clientèle et avec ce nouvel emplacement à Plaine-Lauzun, nous pourrions être créatifs afin d’améliorer l’expérience du client chez Leal. Toutes les marques que nous représentons en bénéficieront », poursuit Eric Leal, qui annonce le démarrage du service après-vente pour la mi-septembre avec l’ambition déclarée de faire de Mitsubishi un des leaders sur le marché automobile à Maurice. Le lancement du Pick-Up L200 de Mitsubishi est annoncé pour la mi-octobre.
Du côté des employés d’Iframac, cette annonce a été accueillie dans un mood mi-figue mi-raisin, avec des mécontents se faisant entendre. Toutefois, aucune décision hâtive ne sera adoptée. « Devant les différents changements dans les propositions, les employés d’Iframac se donnent un temps de réflexion pour se prononcer sur les dernières en date », déclare Ashok Subron, négociateur de la General Workers Federation. Le temps minimal de réflexion est de 24 heures avec la possibilité qu’une assemblée des employés d’Iframac soit convoquée à n’importe quel moment à partir de ce week-end.
Les représentants de la New Iframac Motors Ltd confirment ce scénario en ajoutant que « nous avons été mis devant tant de propositions que nous souhaitons bien réfléchir. En attendant, nous aurions souhaité que le ministre Bhadain réagisse car nous croyons toujours en son slogan : parole donnée parole sacrée ».
Après la présentation officielle des propositions, des employés, qui se sont rassemblés au showroom de Plaine-Lauzun, ont laissé éclater leur colère. Ils disent avoir été roulés dans la farine depuis plus de quatre mois et dénoncent un double jeu du ministre Bhadain. « Li pa kapav zordi met nou dan lame bann malfeter », font-ils comprendre en rappelant les propos tenus par le ministre à l’encontre de ces sociétés.
Les employés d’Iframac pourraient être appelés en début de semaine à confirmer l’offre d’emploi venant du groupe Leal, de CFAO-IMC, d’Axess et de MECOM car aux dires du Special Administrator Ramtoola, la mise en place de ces arrangements devra intervenir à partir de mardi prochain.
Pour sa part, le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, n’a pas manqué de retracer les différentes négociations depuis le mois dernier concernant des propositions pour un Employee Buy-Out avec la New Iframac Motors Ltd, de FleetAfrica/RHT Holding Ltd compte tenu de la reprise contestée de Fleetmaster ou encore le partenariat avorté avec le groupe EAL Man Hin & Sons. « L’objectif déclaré du gouvernement est de préserver des emplois. Contrairement à Courts, tous les emplois chez Iframac ont été préservés avec les mêmes salaires et conditions de service et la reconnaissance du temps de service. À mon avis, pour toute personne sensée, cet accord constitue un bon résultat », affirme le ministre.
Sur le front d’Apollo-Bramwell, le mécontentement monte d’un cran devant la lenteur pour appliquer le plan de travail arrêté lors de la réunion du 31 août avec le secrétaire financier, Dev Manraj. Parmi ces décisions, relevons le limogeage du Top Management de la clinique, dont la bande des douze susceptible d’être réduite à quatre, la mise sur pied d’un Management Steering Committee, le transfert du personnel de la clinique et un Management Committee.
Dans une correspondance adressée au ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, les syndicalistes Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo font comprendre que « the plan of work and measures will, we all agreed during the meeting, ensure that the right environment is set in place to give the hospital a fresh new start under Government ownership and under the management of Ministry of Finance & Economic Development through the proposed Management Steering Committee ».
Toutefois, les dirigeants de la CTSP disent regretter l’ambiance, qui règne encore à la clinique avec les agissements d’un « Interim CEO who is claiming to be under the protection of the Finance Minister, is conducting negotiation meetings with the SIC Chairman and representatives since SIC has taken over the shares of NIC Healthcare Ltd (where the assets of the hospital were parked). » Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo demandent à Vishnu Lutchmeenaraidoo d’initier une enquête pour confirmer ces détails et prendre les mesures correctives nécessaires.
En conclusion, les syndicalistes, encadrant de manière volontaire les employés du groupe BAI depuis avril dernier, sont d’avis que « yet we remain fully confident that Government has the fate of employees at heart as well as the financial health and business potential of ABH and we hope that all the actions pointed above, as instructed by Ministry of Finance & Economic Development, will be implemented as swiftly as possible going forward without any further ado and interference. »