Compte tenu des fonds d’au moins Rs 9,3 milliards à collecter pour honorer des engagements arrivant à échéance le 30 juin prochain par rapport aux réclamations causées par le BAI Mega-Ponzi Scheme de Rs 25 milliards, le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola, établit en ce début d’année ses options. Outre les discussions pour la vente de la clinique Apollo Bramwell et la réalisation des placements de BAI au sein de Britam Kenya, comprenant un potentiel escompté de Rs 6,3 milliards dans ces deux derniers cas, les propriétés immobilières et avoirs fonciers appartenant aux différentes entités du groupe Rawat, soit 76 au total, constituent un intérêt dans la conjoncture. Les premières évaluations comptables, effectuées début avril 2015, avaient misé sur le chiffre de Rs 3 milliards pour ces investissements immobiliers.
L’exercice concernant le volet immobilier et foncier avec l’écroulement de l’empire Rawat devrait être exécuté à deux niveaux. Dans un premier temps, 14 propriétés immobilières devront être transférées et investies à la National Insurance Company Ltd, entité qui a repris le business d’assurance de BAI en avril dernier. Les principales propriétés concernées sont entre autres :
– le complexe de Mesnil, dont la valeur du terrain et de l’immeuble est de Rs 179,5 millions;
– le complexe commercial Kapu Kai à Grand-Baie, vitrine de luxe des Rawat,  dont la valeur initiale est estimée à Rs 273,3 millions;
– deux immeubles à Port-Louis, sis notamment rue Frère Félix de Valois et rue Révérend Lebrun, avec une valeur agglomérée de Rs 150,7 millions de même que
– le terrain à bail d’Apollo-Bramwell, évalué à Rs 87,4 millions et une série de terrains à travers l’île, notamment à Curepipe, Grand-Baie, Petit Paquet et Vacoas.
Le volet le plus conséquent de l’exercice concerne les 62 propriétés immobilières, recensées depuis l’année dernière et qui font l’objet d’un Freezing Order émis par la juge Rita Teelock, siégeant en référé le 25 avril de l’année dernière. À ce jour, le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities devra avoir l’autorisation de l’Asset Recovery Unit, maintenant sous la tutelle de la Financial Intelligence Unit (FIU), avant de décider des mesures pour la vente des propriétés.
Au début de cette année, des consultations ont été enclenchées entre le Special Administrator et la FIU pour initier des actions sur le plan légal car l’ordre du 23 avril de l’année dernière est strict, à l’effet que « the immoveable properties owned by companies and the societies forming part of the British American Investment group shall be disposed of, or otherwise dealt with, by any person, except upon a Judge’s Order ». L’inventaire de ces propriétés sous le Freezing Order s’établit comme suit :
– Diplomat Gardens à Floréal avec un terrain de deux arpents au nom de Greens Boro Promoters Ltd et une série d’appartements, dont les n° 4, 18, 33 et 34, le tout estimé à environ Rs 400 millions;
– le complexe commercial de Phoenix Les Halles à Phoenix et appartenant à Seaton Investment Ltd, avec une estimation de l’ordre de Rs 150 millions;
– des terrains à Sorèze pour le compte de la Société West Point, évalués à Rs 260 millions;
– des magasins de Courts Mauritius à Port-Louis, Rose-Hill et Curepipe pour une valeur de Rs 109 millions;
– des terrains et immeubles pour le compte d’Iframac à Pailles, évalués à Rs 325 millions;
– des immeubles à travers l’île, dont dans le complexe de Manhattan à Curepipe, à Bramer House, Ebène, à St-James Court, Port-Louis, le tout évalué à Rs 1,2 milliard.
Des propriétés immobilières ayant appartenu à BAI Co (Mtius) Ltd, dont des complexes commerciaux à Grand-Baie, des terrains à la rue Labourdonnais sans compter « a CHA building on a portion of State Land to the extent of 105.20 metres square together with their leasehold rights situated at 39, Street D, Forest Side » et un terrain agricole à Gros-Cailloux, sont également sujettes au Freezing Order du 25 avril 2015.
Dans l’éventualité d’une levée de ce Freezing Order, la question est si le Special Administrator trouvera preneurs pour ces propriétés aux valeurs prévues. Jusqu’ici, les tentatives sur le marché n’ont pas été concluantes si l’on tient compte du fait que le Receiver de la Bramer Banking Corporation In Receivership, Gerald Lincoln, n’a pas été en mesure d’adjuger les grosses cylindrées saisies des membres du clan Rawat vu que les « bids were not responsive ».
Pour l’instant, le Special Administrator de BAI Co and Related Entities se concentre sur la vente d’Apollo-Bramwell. À ce jour, les discussions se portent encore sur les modalités du déplacement des représentants d’ Omega Ark Investments plc, le Preferred Bidder pour la reprise de la clinique de Dawood Ajum Rawat. L’un des obstacles à régler demeure les modalités de l’Escrow Account à être ouvert à la Mauritius Commercial Bank.
Aux termes de l’accord intervenu, les représentants d’Omega Ark Investments plc doivent déposer une somme de 200 000 dollars (Rs 7 millions) dans ce compte avant d’initier toute procédure.  À hier après-midi, l’Escrow Account n’était pas encore opérationnel, des détails faisant encore l’objet de discussions. Les spécialistes de ce fonds d’investissements étrangers n’ont pas encore fait le déplacement à Maurice pour les besoins de Due Diligence. Rappelons que le délai pour la soumission d’un Firm Bid pour la reprise d’Apollo Bramwell expire en principe le 5 février prochain…