Compte tenu des solutions adoptées pour la reprise d’Apollo-Bramwell, d’Iframac et de Courts et la sauvegarde de quelque 3 150 emplois sur les 3 500 mis en danger avec l’écroulement de l’empire Rawat il y a 175 jours de cela, le dernier noeud gordien à trancher sur le montant des réclamations de Fees pour la Special Administration de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities et notamment le bras de fer engagé entre la Financial Services Commission et les ex-Special Administrators de PwC, Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet, porte sur des réclamations ramenées de Rs 136 millions à Rs 92 millions en fin de semaine. Et pour cause, hier après-midi, une séance de travail tripartite comprenant les représentants de la FSC, de PWC et le troisième Special Administrator, Yacoob Ramtoola, sous la présidence du ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, s’est déroulée, hier après-midi, en vue de définir les modalités du Wrapping Up du dossier du démantèlement du groupe BAI. La question des réclamations des Fees a été abordée avec les deux principaux protagonistes faisant preuve de « bonne volonté » pour trouver une solution même si certaines sources soutiennent qu’il ne faudra pas être étonné de voir la FSC camper sur sa position de Capping of PwC fees à Rs 28 millions comme décidé en août dernier.
Les recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes par Le Mauricien sont que les réclamations au titre des Professional Fees pour la Special Administration du groupe BAI Co (Mtius) Ltd et le Receivership de la Bramer Banking Corporation Ltd pourraient facilement frôler la barre des Rs 250 millions sans tenir compte de la note de frais de la société singapourienne, nTan Corporate Advisory Pte Ltd, au titre du Forensic Auditing des comptes du groupe BAI et des virements en faveur du Chairman Emeritus, Dawood Rawat, et ses acolytes de Media Metrix Ltd et autre Yukondale Ltd, commandité par conjointement par la Banque de Maurice et la FSC. Dans les prochains jours, la facture officielle des Singapouriens devrait être au minimum de Rs 60 millions, en tenant compte des barèmes pratiqués dans le circuit professionnel.
Les réclamations de Rs 250 millions pour les Professional Fees se décortiquent entre autres comme suit :
– Rs 92 millions, montant qui aurait été ramené de Rs 136 millions à la fin du mois d’août à Rs 92 millions en fin de semaine pour le compte des anciens Special Administrators de PwC
– Rs 20 millions déjà versées en tant qu’avances au tandem Mushtaq Ooman/Yogesh Basgeet de PwC pour le travail déjà accompli avec Rs 8 millions encore à payer
– Rs 14 millions toujours à PwC pour le volet de Conservatorship de la compagnie d’assurances au tout début du BAI Ponzi Scheme
– Rs 25 millions de réclamations logées par l’administrateur Sattar Hajee Abdoula de Grant Thornton, qui avait été nommé par le board de BAI le 5 avril dernier avec le dossier renvoyé aux anciens directeurs du groupe pour faire le nécessaire
– Rs 60 millions de la Banque de Maurice pour le Receivership de la Bramer Banking Corporation Ltd avec André Bonieux, Senior Partner de PwC, et Mushtaq Oosman en tant que Receivers et
– Pas plus de Rs 11 millions pour le dernier Special Administrator en date, Yacoob Ramtoola, Chief Executive Office de BDO.
Tour cela sans compter les frais de notaires pour le transfert des avoirs dans le cadre du Carving Out of Assets de BAI vers la National Property Fund Ltd et la National Insurance Co Ltd. A ce jour, rien n’indique que la FSC s’est départie de sa position initiale, visant à geler les Fees de PwC à hauteur de Rs 28 millions, soit seulement Rs 8 millions encore à débourser.
Lors de la réunion de travail présidée par le ministre Bhadain, hier après-midi, les représentants de PwC ont fait leur « case » pour le paiement de Rs 92 millions. La partie officielle, dont la FSC, a également apporté leurs commentaires sur les différents aspects des réclamations tout en demandant à PwC de revoir les « Disputed Facts » et de revenir à la table de discussions subséquemment.
En dépit des divergences sur le montant des réclamations, les indications sont que « la réunion s’est très bien passée ». L’objectif était de passer en revue le travail, qui a déjà été accompli depuis le 3 avril dernier, et ce qui reste à abattre en mettant une fin « au dossier du groupe BAI dans un maximum de trois à quatre semaines ». L’un des principaux Issues encore en suspens est le repaiement des clients du Super Cash Back Gold, avec au moins 565 clients sur les 6 695 Policy Holders pas encore remboursés aux termes du Scheme de remboursement élaboré au nom de la National Property Fund Limited.
Des difficultés avaient surgi avec la documentation au moment du remboursement de ces 565 clients du Super Cash Back Gold en juin dernier. Les anciens Special Administrators de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, qui étaient responsables de cet exercice, ont eu l’occasion de brosser un tableau de la situation au profit de leur successeur, Yacoob Ramtoola. Une fois ce problème réglé, l’étape des Zero-Coupon Debentures aux souscripteurs éligibles sera abordée alors que le Special Administrator continue à mettre les bouchées doubles pour le recouvrement des fonds détournés auprès des directeurs du groupe BAI, redevables personnellement de leurs actes aux termes de la Companies Act, et d’autres partenaires d’affaires avec des Done Deals ou des Half-Baked Deals.
Affaires à suivre…