L’enquête sur l’écroulement de l’empire Rawat avec l’opération « Daylight Robbery » intéressera très bientôt l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) avec un nouveau dossier après celui des Rs 105 millions d’Iqbal Mallam-Hasham, ancien Chief Executive Officer de la State Investment Corporation (SIC). Parmi les principaux protagonistes qui pourraient être convoqués incessamment, les noms de Laina Rawat, Adeela Rawat et de Swadeck Taher, présenté comme étant la main droite du Chairman Emeritus du groupe BAI, sont cités avec persistance. Ce dossier concerne des deals avec la vente d’au moins 15 propriétés foncières en un seul jour, soit le 19 décembre 2013.
L’ICAC, qui a complété une Preliminary Enquiry au sujet de cette affaire découlant de la BAI Mega-Financial Scam de Rs 23 milliards, devrait recommander une Full-Fledged Enquiry sur les aspects du délit de blanchiment de fonds dans cette transaction. Les derniers éléments de ce dossier sont actuellement mis en place en vue de la convocation des suspects.
Les enquêteurs de l’ICAC soupçonnent que les fonds utilisés pour le financement de ces opérations foncières proviennent des contributions des clients du Super Cash Back Gold Scheme de la BAI. Les autorités soupçonnent que ces achats et ventes de terrain ne constituent en réalité que des paravents pour des détournements de fonds du Common Policy Holders Fund de la BAI Insurance car l’acheteur de ces terrains venus par les membres de la famille Rawat n’était autre que la BAI Co (Mtius) Ltd.
Outre des proches de Dawood Rawat, des responsables du groupe BAI sont également impliqués dans cette transaction, soit Swadeck Taher, Group Chief Finance Officer de la BA Investment Co Ltd et Chief Executive Officer d’Apollo Bramwell, Seemadree Rajanah, président et CEO du British American Services Group pour les sociétés écran, Rishi Sookdawoor et Soondress Mooneun pour la BA Insurance Co (Mtius) Ltd et Moussa Rawat, président du Bramer Services Group et de la Bramer Corporation Ltd, agissant au nom de la société Orgeval.
Affaire à suivre…