Nouveau rebondissement dans la BAI Saga – Saison II. Ce qui avait été évoqué comme une possibilité est une réalité. C’est fait depuis la semaine écoulée. Le nouveau blue-eyed boy de l’hôtel du gouvernement dans l’écroulement de l’empire Rawat, le Chief Executive Officer de Grant Thornton, Sattar Hajee Abdoula, a été payé rubis sur l’ongle ses réclamations de Rs 26,2 millions sur ordre de la Financial Services Commission. Ce paiement fait suite à sa nomination en tant qu’administrateur des 32 entités du groupe BAI au nom des anciens directeurs au lendemain de la révocation de la Banking Licence de Bramer Banking Corporation Limited le 3 avril 2015. Il avait exercé en tant que tel du 12 au 30 avril 2015 avant d’être remplacé par les Special Administrators de PwC.
Par contre, André Bonieux, Mushtaq Oosman et Rajiv Busgeet de PwC, dont les services avaient été retenus par cette même FSC depuis le début de cette affaire pour assurer les intérêts des policyholders principalement, n’ont pas obtenu le même traitement, encore moins les mêmes faveurs des autorités. Leurs réclamations remontant à bientôt deux ans n’ont pas été approuvées jusqu’ici. D’aucuns affirment que des pressions venant d’en haut avaient été exercées depuis la fin de l’année dernière pour effectuer les paiements en faveur de Sattar Hajee Abdoula, qui a été nommé également en tant qu’assesseur de la commission d’enquête, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Bushan Domah.
Avant d’entrer dans les bons papiers du gouvernement, Satta Hajee Abdoula avait servi une mise en demeure aux autorités à la fin de 2015 pour souligner que « upon his appointment as administrator, Hajee Abdoula took over the administration of the BAI group of companies, as per the provisions of the Insolvency Act, Hajee Abdoula accepted appointment as administrator in reliance on the provisions of the Insolvency Act and notably the indemnity provided to him under section 215 thereof. » Il avait eu recours à cette mise en demeure en décembre 2015 car la Financial Services Commission avait rejeté catégoriquement ses réclamations à cette époque.
La décomposition de ces Rs 26,2 millions, soit une moyenne de Rs 1,5 million pour chaque jour de travail, se présente comme suit :
— Adminstrator’s Fees : Rs 11,4 millions (TVA incluse)
— Grant Thornton (Advisor Services) : Rs 8,8 millions
— Firoz Abdoula (Legal Fees) :  Rs 1,4 million
— Sewraj Solicitors (Legal Fees) : Rs 1,5 million
— A. Sunassee, (Legal Fees) : Rs 1,5 million
— Moorari Gujadhur (Legal Fees)  : Rs 1,5 million
— Hub Way Ltd : Rs 164 910
— Hub way Ltd (Invoices) : Rs 13 455.25