La Platform Kont Lalawa Travay anti-Travayer a organisé simultanément dimanche 13 manifestations pacifiques dans 13 endroits du pays contre l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act. Ces manifestations visent à conscientiser les travailleurs du pays à la perte de certains de leurs droits fondamentaux sous ces deux lois depuis février 2009, date de leur entrée en vigueur. La Plateforme invite les travailleurs à une « grande manifestation » le 2 février 2013 à Rose-Hill.
« Platform pe organiz sa bann manifestasyon symbolik dan 13 diferan landrwa dan pei pou ki bann travayer pran konsyans bann drwa inportan ki zot finn perdi ek l’Employment Rights Act (ERiA) ek l’Employment Relations Act (EReA), sa de nouvo lalwa travay ki gouvernma finn vote ek ki finn rant anviger depi le 2 fevrie 2009. Avek sa de lalwa-la travayer sekter prive finn perdi boukou zot drwa », explique Reeaz Chuttoo, un des membres de la Platform Kont Lalwa Travay anti-Travayer qui manifestait avec ses collègues à l’avenue Ollier, Rose-Hill, en face de la Foire de la Rue Doyen, plus communément appelée la Foire de Belle-Rose.
Au même moment que Reeaz Chuttoo et ses collègues, 12 autres groupes manifestaient également pacifiquement dans 12 autres endroits du pays. Ils étaient notamment à Flacq, Mahébourg, Chemin-Grenier (Winners), Goodlands, Triolet (Winners), Quatre-Bornes, St Pierre, Quartier-Militaire, Port-Louis (Rue Farquhar), Bambous (Winners) et Curepipe (marché).
« Finn dir ofisielma dan Parlema, ki depi ki sa de lalwa-la finn rant anviger le 2 fevrie 2009, plis ki 18 000 travayer finn gagn fou deor… Se plis ki 18 000 fami ki pe viv dan langoiss ek lamizer… Se plis ki 18 000 zen om, zen fi, papa, mama, ki finn perdi travay… Se pa zis enn statistik-sa… Se plis ki 18 000 imin ki pe soufer… Travayer bizin pran konsyans ki ditor ki sa de lalwa-la pe fer zot, ki sa bann drwa fondamantal ki ERiA et l’EReA finn fer zot perdi », s’indigne Reaz Chuttoo.
Ainsi, poursuit notre interlocuteur, avec l’ERiA et l’EReA, « sekirite lanplwa finn bayante, lisansima dan pei inn vinn enn banalite… Patron ena zis pou dir ki li ena difikilte ekonomik pou ki li kapav met travayer deor », s’indigne Reeaz Chuttoo.
Les travailleurs, poursuit le syndicaliste, ont également perdu le droit à un préavis de licenciement de quatre mois. « Maintenant, le travailleur n’a droit qu’à un mois de préavis, encore que le Termination of Contract Service Board (TCSB) n’existe plus pour décider si le licenciement est justifié ou pas ! », déplore-t-il.
Autre doléance de la Plateforme : les employeurs ne sont pas tenus de verser des indemnités de licenciements. « Non selma patron gagn drwa met deor, me li gagn drwa osi pa donn enn sou konpansasyon ! Ek pou “add insult to injury” : kan retrete, konpansason nepli peye lor reminerasyon, me lor saler de baz. »
« Ek avek 90 erdtan travay par kinzenn, patron ki deside kiler ou pou rant travay ek kiler pou al lakaz », ajoute Reeaz Chuttoo qui ne décolère pas. Avec l’ERiA, poursuit le syndicaliste, « le droit de grève est devenu une farce ». « Get seki finn arive dan lindistri sikrier kot tribinal finn deklar lagrev ilegal. »
Reeaz Chuttoo fait également remarquer que dans le secteur des services, où la plupart des employés sont des femmes, il n’y a pas de salaire minimum. Il déplore, en outre, que dans le secteur privé il n’y a pas de révision salariale régulière comme dans le secteur public avec la publication tous les cinq ans du rapport du Pay Research Bureau (PRB).
« Pour toutes ces raisons, nous demandons aux 550 000 travailleurs du secteur privé de prendre conscience de leurs conditions précaires de travail et de la nécessité de venir manifester en très grand nombre le 2 février 2013 à Rose-Hill, pour exiger que des amendements soient apportés à l’ERiA et à l’EReA en faveur des travailleurs », explique-t-il. Le 2 février 2013 sera le jour du 4e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’ERia et de l’EReA.
« Bann depite dan l’Assemblée nationale bizin pran konsyans zot osi ki se plis ki 550 000 travayer sekter prive ki vote pou zot reprezant zot ek ki li pa normal ki enn fwa ki zot finn eli, zot defann zis lintere bann patron », s’indigne Reeaz Chuttoo.