Les animateurs de la Platform kont lalwa travay anti-travayer s’attendent à réunir des milliers de travailleurs samedi prochain dans les rues de Rose-Hill pour une manifestation contre les clauses « anti-travailleurs » de l’Employment Relations Act et de l’Employment Rights Act, les deux lois du travail promulguées en février 2009. L’initiative de la constitution de cette plateforme syndicale revient à Jack Bizlall.
« Bann travayer, ki reprezant pli gran lafors sosyal dan sa pei-la, pou desann en mass dan Rose-Hill pou fer gouvernman tande ki zot pa dakor ek sa kalite dominer ki pe fer ar zot, kot finn pass bann lalwa ki pa defann ditou lintere travayer, me di defann plito zis lintere patron », explique la présidente de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), Jane Ragoo, qui est aussi un des porte-parole de la Platform kont lalwa travay anti-travayer.
Cette plateforme, poursuit notre interlocutrice, est une initiative de l’ancien syndicaliste Jack Bizlall. La Federation of Progressive Unions (FTU), la CTSP, le Collectif des Femmes pour un Changement, la Federation of Parastatal Bodies and other Unions sont les membres de cette plateforme. La CTSP est représentée par trois fédérations syndicales, la Federation of Trade Unions of the Chemical Sector, la Federation of the Construction Sector et la Federation of Private and Support Services Sector.
« La Platform kont lalwa travay anti-travayer regroupe des fédérations syndicales et des syndicats “crédibles” », insiste Jane Ragoo.
« L’Employment Relations Act (ERiA) ek l’Employment Rights Act (EReA) ki finn rant en viger dan Repiblik Moris depi fevrie 2009 pe kontinie fer ravaz. Patron pe kontinie fer seki li kontan ek travayer. Kan li anvi li met travayer deor san ena pou pey enn sou kompansasyon. Lisansiman finn vinn siper fasil. Patron pa interese kone kouma ou pou kontinier roul ou la kwizinn. Li fer seki li anvi, seki interes-li se zis so profi », élabore la syndicaliste. « De lot kote gouvernman pe kontinie swiv seki patron, a traver prezidan Mauritius Employers Federation (MEF), Clency Appavoo, pe demande, ek pe amann lalwa pou ki aster, pa bizin sindika pou negosie lakor kolektif avek patron », s’indigne-t-elle.
La syndicaliste rappelle que le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, a argué que l’amendement visant à permettre à un groupe de travailleurs de négocier directement avec le patronat sans passer par un syndicat est une demande de la MEF, « sous prétexte que 90 % des travailleurs du privé ne sont pas syndiqués ». « Si les travailleurs ne sont pas syndiqués c’est qu’il y a pression et harcèlement de la part de certains patrons dès qu’ils parlent de se joindre à un syndicat. D’autre part, pensez-vous que des travailleurs sous contrat désorganisés, sans connaissances ni expérience puissent faire le poids contre leur patron ? Ces amendements ne visent qu’à affaiblir davantage les syndicats afin que les patrons soient plus libres de faire ce qu’ils veulent », martèle-t-elle.
« Komie letan ankor travayer pou res trankil ? Finn ler pou ou fer tann ou la vwa ! Zis dan linite ek solidarite tou bann travayer ki nou pou kapav fer zot respekte nou », insiste Jane Ragoo.