À 24 heures de leur présentation à l’Assemblée nationale par le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, les parlementaires, les syndicalistes et les travailleurs en général ne pas savent toujours pas ce que ces amendements à l’Employment Rights Act et à l’Employment Relations Act contiennent. Jane Ragoo, porte-parole de la Platform kont lalwa travay anti-travayer, fustige Shakeel Mohamed, qui avait promis, rappelle-t-elle, de consulter les syndicats avec tout amendement à ces deux lois du travail. Elle maintient par conséquent le mot d’ordre de mobilisation de la Platform pour demain devant l’Assemblée nationale, à l’heure des débats.
« Ki fer Shakeel Mohamed pa respekte so promes ? », déplore Jane Ragoo ce matin dans une déclaration au Mauricien. Elle rappelle que lors de la deuxième rencontre entre  la Platform et Shakeel Mohamed, le ministre avait promis qu’il serait en « communication constante » avec les syndicats et qu’il avait confirmé sa promesse dans des déclarations de presse. « À 24 heures de la présentation de ces amendements à l’Employment Rights Act (ERiA) et à l’Employment Relations Act (EReA) à l’Assemblée nationale, ni les parlementaires, ni les syndicats, ni les travailleurs ne savent de quoi il en retourne », lance-t-elle.
« Quand un ministre de la République ne respecte pas une promesse qu’il a faite à 750 000 travailleurs, cela donne à réfléchir sur sa véritable motivation », fustige la syndicaliste. « Pourquoi le ministre insiste-t-il de faire adopter ces amendements — que personne n’a vu jusqu’ici — alors qu’il n’y a pas le feu. Pourquoi a-t-il tant peur d’avoir des débats démocratiques sur une loi qui va affecter la vie de 750 000 travailleurs, sans que nous n’ayons le temps d’analyser les implications de tels amendements ? », se demande-t-elle.
Jane Ragoo estime que personne (encore moins des parlementaires) ne peut en si peu de temps analyser les implications que ces amendements auront sur la vie des travailleurs. Elle affirme que l’Organisation internationale du travail recommande que les « users » (c’est-à-dire les hommes de loi aguerris aux implications des lois du travail et les syndicalistes, de par leur pratique sur le terrain) sont à même de pouvoir comprendre les implications d’une loi sur la vie de travailleurs. « Pourquoi tant d’empressement de la part du ministre Mohamed et de la part du gouvernement ? », se demande-t-elle. « Pourquoi ne veulent-ils pas un large débat démocratique sur ces amendements ? Pourquoi ne veulent-ils pas donner le temps nécessaire aux travailleurs pour comprendre et analyser les implications de ces amendements sur leurs conditions de travail ? », ajoute-t-elle.
« Nous ne savons certes pas ce que nous réservent les amendements. Nous lançons par conséquent une mise en garde solennelle aux parlementaires — et surtout à ceux de l’alliance PTr-PMSD — pour qu’ils ne trahissent pas la confiance que les travailleurs ont mis en eux. Qu’ils fassent leur examen de conscience et qu’ils assument individuellement et solidairement leurs responsabilités devant les 750 000 travailleurs de ce pays, devant la lutte des travailleurs et devant l’Histoire », lance-t-elle.
Et Jane Ragoo de rappeler que la Platform a envoyé samedi des « amendements urgents » (voir résumé en encadré) aux parlementaires et que les membres de la Platform resteront mobilisés demain devant l’Assemblée Nationale, à l’heure des débats sur les amendements que le ministre Mohamed présentera.
Rappelons par ailleurs que la Platform a tenu samedi sa marche pacifique à Rose-Hill contre l’ERiA et l’EReA.