La Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) invite les 550 000 travailleurs du pays et leurs familles à se mobiliser à Rose-Hill le 3 octobre prochain à 13 h 30 pour réclamer une intervention « plus énergique » du gouvernement en faveur du redressement économique, de la création d’emploi, de conditions de travail décentes et du plein respect de leurs droits, et ce dans le cadre de la Journée mondiale pour le Travail décent, célébrée officiellement le 7 octobre.
« La Journée mondiale pour le Travail décent (JMTD) est une occasion pour célébrer nos acquis en tant que travailleurs, mais est également l’occasion pour nous de réfléchir et de prendre conscience combien il nous reste encore à parcourir pour que nos droits, en tant que travailleurs, soient respectés », a expliqué jeudi la secrétaire de la CTSP, Jane Ragoo, lors d’une rencontre avec la presse à la Sal Travayer, au siège de la confédération syndicale, à Rose-Hill. Elle était aux côtés du président de la CTSP, Reeaz Chuttoo, des membres de l’exécutif de la centrale syndicale et de délégués syndicaux.
La syndicaliste estime que le travail décent (voir encadré) doit être au coeur des actions du gouvernement afin de relancer la croissance économique et de construire une nouvelle économie qui considère l’humain. « Me malerezma, tou lezour nou pe tann dir ki travayer pe gagne maltrete dan zot travay, pe perdi plas brit-brit – kouma dan l’affaire BAI – zot drwa pa pe respekte – kouma dan Airmate Ltd ek Air Mauritius – ek si zot ena travayer se de pli en pli enn travay preker (voir encadré) ki zot gagne, kot zot pa kapav konstrir enn lavenir ek zot pa gagne enn saler ki permet zot viv bien ek zot fami », a-t-elle déploré.
Jane Ragoo a rappelé qu’une récente enquête de la CTSP a révélé que plus de 100 000 travailleurs à Maurice touchent moins de Rs 6 000 par mois comme salaire de base, sans compter ceux ayant été jetés sur le pavé depuis le début de l’année dans le sillage de l’affaire BAI et ceux qui ont été licenciés « pour des raisons économiques » depuis l’entrée en vigueur des deux lois du travail que sont l’Employment Rights Act (ERiA) et l’Employment Relations Act (EReA). « Sa bann problem-la arive parski fer dimounn gagn enn travay desan, enn travay korek, na pa priorite bann gouverma siksesif ki finn vini. L’ERiA ek l’EReA finn vinn dereglemant le mond du travay o detriman travayer, me o profit bann employer ki kapav “hire and fire” san bizin pey okenn konpansasyon, san konte bann lezot aki bann travayer inn perdi kouma le Termination of Contract Service Board (TCSB) ki ti deside si patron kapav licencie ou pa », déplore-t-elle. « Dan Moris, pe gagn de pli an pli travay preker o profi enn vision de nou lekonomi ki baz inikman lor profit ! » a-t-elle ajouté.
La syndicaliste exhorte donc les 555 000 travailleurs du pays et leurs familles, ainsi que les autres fédérations syndicales et syndicats du pays à se mobiliser le samedi 3 octobre prochain à 13 h 30 à Rose-Hill (près du bureau de poste) pour une marche pacifique à travers la ville afin de réclamer une intervention « plus énergique » du gouvernement en faveur du redressement économique, de la création d’emploi, de conditions de travail décentes et du plein respect des droits des travailleurs. « Travayer bizin kompran ek pran konsians ki sa bizin en mobilizasyon monstr pou fer gouverma bouze ! Si travayer na pa vinn defann so drwa, personn na pa nou defann li », a-t-elle insisté.
Jane Ragoo a ajouté que la CTSP a choisi cette année le thème “Together We Can Stop Precarious Work”. « Travay decent ek travayer preker se le de fass de lamem meday. Travayer bizin kopran ki pou fer travay preker rekile se fer lazanda travay desan avanse. Si travayer res lebra krwaze, narien na pa pou arive. Li bizin mobilize an solidarite ek tou lezot kamarad pou fer so koz avanse », a-t-elle poursuivi. Elle a aussi rappelé la campagne internationale d’IndustriAll Global Union contre le travail précaire. IndustriAll Global Union est une confédération syndicale internationale représentant 50 millions de travailleurs des secteurs miniers, de l’énergie et de la manufacture dans quelque 140 pays, dont Maurice, à travers la CTSP. Des tracts seront également distribués pour sensibiliser les citoyens sur les enjeux du travail décent.