La Confédération des travailleurs du secteur privé, par la voix de sa présidente Jane Ragoo, a confirmé sa participation à la manifestation qu’organisent la General Workers Federation, le Joint Negotiating Panel et la Kanpayn pu enn Nuvo Repiblik à Port-Louis pour protester contre les amendements que le ministre du Travail Shakeel Mohamed se propose d’apporter à l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act.
« Partou kot ena enn aktivite pou bann travayer par bann travayer la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) pou mark so prezans ek so solidarite ! », a déclaré la présidente de la confédération syndicale, Jane Ragoo, ce matin au Mauricien.
« Objektif sa manifestasyon-la se pou mobiliz bann travayer kont sa de lalwa travay anti-travayer, de lalwa ki finn fer ziskisi plis ki 18 000 victim ofisyelma selon enn deklarasyon dan l’Assemblée nationale. Plis ki 18 000 travayer finn perdi plas akoz sa de lalwa-la, plik ki 18 000 fami dan soufrans. Se inakseptab. Azout lor la bann soi-disant amandman ki set fwa-si menas la survi bann syndika. Depi avan ki finn pass l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act, kat banane de cela nou finn kombat li. Donk li lozik ki nou bizin dan enn manifestasyon ki bann travayer pe organize kont sa de lalwa-la ! Nou pou montre nou solidarite dan sa lalit-la », a-t-elle élaboré.
Selon la présidente de la CTSP, les membres de sa confédération vont participer pleinement à la manifestation de demain. « En tant que travailleurs et représentants des travailleurs, nous allons arborer les couleurs de la CTSP et saisir cette occasion pour sensibiliser les participants à mettre de côté leurs différences pour venir participer eux aussi à la grande manifestation que la Platform kont lalwa travay anti-travayer organise le samedi 23 mars à Rose-Hill dans le même but », a-t-elle expliqué.
Jane Ragoo estime que les travailleurs du pays doivent prendre conscience du danger à l’horizon avec les amendements que le ministre Mohamed se propose de présenter à l’Assemblée nationale qui reprend le mardi 26 mars. « Malgre tou bann rankont ek diskisyon ki nou finn gagne ek minis Mohamed, nou bizin res vizilan parski nou pa finn gagn nanye de konkre ziska ler », a-t-elle prévenu.
La syndicaliste estime que les « amendements Mohamed » signent la mort des syndicats et remet en question le droit de grève. « Zot pou rapel ki se avek presyon mouvman syndikal kinn finn fer minis retir so bann amandman le 18 desam dernie depi Parlman, parski sa bann amandman-la menas fer sinkida disparet dan pei ek met en kestion drwa lagrev », a-t-elle affirmé. « Minis finn promet nou ki li pa pou fer narien san konsilte nou, me konkretman li pa ankor soumet bann proposisyon pou protez travayer ek sindika. Se pourkwa nou bizin res mobilize ! »
La présidente de la CTSP a indiqué que lors des récentes discussions que la Platform kont lalwa travay anti-travayer a eues avec le ministre Mohamed, elle lui a rappelé que la Trade Union Common Platform a fait depuis 2007 une série de propositions pour protéger les travailleurs. « Me patron pe fer presyon lor gouverma pou li leta vir ledos ar travayer. Travayer bizin res mobilize pou fer gouvernma konpran ki so devwar se anver la klas travayer non ar patron », a-t-elle insisté.
Jane Ragoo rejette d’un revers de la main la mise en garde par le syndicaliste Ashok Subron (principal animateur de la manifestation de demain) contre « certains syndicalistes qui négocient avec le ministre Mohamed sans s’opposer officiellement à la remise en question du droit de grève ». « Je suis certaine qu’Ashok Subron sait que l’heure est à l’unité des travailleurs et des syndicats. Notre priorité n’est pas de nous tirer dans les pattes mais de présenter un front uni contre les attaques que la classe des travailleurs et les syndicats dans leur ensemble subissent de la part du gouvernement et des patrons ! Voilà pourquoi la CTSP sera présente demain à Port-Louis », a-t-elle commenté.