Le secteur des services a consolidé ces dix dernières années sa première place de premier pourvoyeur d’emplois à Maurice, assurant en 2011 environ 63 % des emplois totaux contre 52 % en 2001. C’est ce qu’indique Statistics Mauritius dans son dernier bilan de l’évolution de la situation de l’emploi dans le pays, bilan rendu public cette semaine. Il confirme aussi un taux de chômage de 7,9 % en 2011, accusant ainsi une hausse depuis 2009 après un repli entre 2005 et 2008.
Selon Statistics Mauritius, le secteur tertiaire (commerce, tourisme, finance, éducation, entre autres) a gagné en importance pour ce qui est des emplois au cours de la période 2001-2011, le nombre de personnes y travaillant passant de 245 800 à 340 600. La part de ce secteur dans les emplois totaux a grimpé de 52 % à 63 %. Celles des secteurs primaire (agriculture et pêche) et secondaire (industrie, construction, électricité, etc) ont baissé au cours de la dernière décennie. Le secteur primaire a vu le nombre d’emplois passer de 57 300 en 2001 à 44 500 en 2011 alors que dans le secteur secondaire, la main-d’oeuvre a chuté de 172 500 à 151 600 en raison principalement des pertes d’emplois dans l’industrie manufacturière.
Le relevé de Statistics Mauritius indique que les emplois totaux dans le pays ont augmenté de 600 l’année dernière pour atteindre 536 700. Cela à la suite d’une progression des emplois féminins (+ 1 500 environ) qui a permis de compenser le recul des emplois masculins (-900). Les 536 700 emplois étaient répartis comme suit : 344 800 hommes et 191 900 femmes. « The workforce comprised around twice as many men as women and was concentrated in the age group 30 to 50 years », écrit Statistics Mauritius. Selon lui, la main-d’oeuvre était constituée en grande partie de personnes mariées (67,6 %) par rapport aux célibataires (25,4 %) et veufs/divorcés (7 %).
Les données officielles font voir que 81 % des personnes en emploi étaient des salariés contre 17 % travaillant pour leur compte personnel (incluant les employeurs) et 2 % offrant leurs services à une entreprise familiale. Chez les salariés, les femmes étaient plus nombreuses (85,1 %) que les hommes (78,4 %). Ce sont les employeurs qui travaillent plus longuement (45,4 heures en moyenne par semaine) comparativement aux salariés (42,3 heures) et ceux qui travaillent pour leur propre compte (37,9 heures). Pour ce qui est revenus moyens mensuels Statistics Mauritius rapporte qu’un employeur gagne Rs 24 600 contre Rs 14 700 pour un travailleur et Rs 10 300 pour la personne travaillant pour son compte personnel.
« Income from employment was highest in the tertiary sector (Rs 16,300) followed by the secondary sector (Rs 11,700) and the primary sector (Rs 10,100) », souligne le rapport de Statistics Mauritius.
On note cependant que les personnes employées dans le secteur secondaire sont celles qui travaillent plus longuement (43,4 heures par semaine) suivies de celles des secteurs tertiaires (41,8 heures) et primaire (35,1 heures). Le rapport de Statistics Mauritius précise que sur les 536 700 personnes en emploi, certaines (4,3 %) avaient un emploi secondaire dans les secteurs agricole, du commerce ou de la construction.
Hausse du chômage
Passant en revue la situation du chômage, Statistics Mauritius note que le nombre a augmenté de 900 l’année dernière pour atteindre 46 100, soit un taux de chômage de 7,9 % contre 7,8 % en 2010. Chez les hommes, le taux est passé de 4,6 % à 5,2 % alors qu’un recul a été constaté chez les femmes : de 13 % à 12,5 %.
Faisant un rappel de l’évolution de la situation au cours de la dernière décennie, Statistics Mauritius souligne : « Unemployment rate has been increasing to reach a peak in 2005 ; it then decreased till 2008 after which an upward trend was observed ». Il observe que le chômage est plus élevé chez les jeunes, soit 34,7 % chez ceux âgés de moins de 20 ans. « Around half of the unemployed were ever-married and the remaining were single.»
S’agissant des qualifications des chômeurs, les chiffres officiels indiquent qu’environ 60 % (27 700 personnes) des sans-emploi ne possédaient pas le Cambridge School Certificate alors que 19 % autres n’avaient pas le Certificate of Primary Education (CPE). Ceux qui avaient entrepris des études tertiaires étaient au nombre de 7 200 (16 %). Statistcs Mauritius fait ressortir que les femmes au chômage étaient « generally more qualified than their male counterparts » et que 42 % d’entre elles avaient leur School Certificate contre 38 % chez les hommes. La durée d’attente pour l’obtention d’un emploi étaient plus longue pour les femmes que les hommes.
Le rapport officiel sur l’emploi indique par ailleurs que les personnes au chômage dépendaient beaucoup plus (48,6 %) de leurs parents pour leurs besoins quotidiens alors que les conjoints venaient en deuxième position (34,9 %). On constate également que près des deux tiers des personnes au chômage avaient une expérience du monde travail.