Alors que l’exécutif du Congress of Independent Trade Unions (CiTU) a tenu une conférence de presse cette semaine pour exhorter le ministre du Travail à signer au plus vite le Programme de la promotion du travail décent pour Maurice, la Confédération des travailleurs du secteur privé, a, pour sa part, rencontré la presse en cette fin de semaine pour donner les raisons pour lesquelles elle refuse de signer ce programme. La CiTU regroupe les employés des secteurs gouvernemental et parapublic principalement.
« Li pa normal ki nou sign enn rapor kot patron ek gouvernma pou benefisie finansman ki, olie pe al ver le travay desan, zot pou servi pou kontinie rass drwa travayer ek afebli le mouvma syndikal davantaz ! », explique la présidente de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), Jane Ragoo, animant une conférence de presse en fin de semaine, en compagnie de Reeaz Chuttoo, le secrétaire de la confédération syndicale.
« La CTSP pe mintenir so pozisyon ek nou panse ki tou lezot federasyon ek konfederasyon syndikal kredib bizin refiz zot osi sign sa rapor le program Travail Décent pou Moris, sinon zot pou bizin reponn a bann travayer sekter prive, sirtou kot zot konivans vers enn politik ki viz a fer travayer vinn enn komodite ou enn ambalaz, kouma fini servi ou zete », s’indigne-t-elle.
Selon Jane Ragoo, le Programme Pays pour la Promotion du Travail Décent (Decent work Country Programme — DWCP) est un projet de financement du Bureau International du Travail (BIT) au gouvernement, aux organisations des employeurs et au mouvement syndical pour organiser des activités ainsi que des formations dans le but de promouvoir le travail décent.
« L’Organisation internationale du travail (OIT) a défini en 1999 le concept du “travail décent” qui repose sur quatre piliers : garantir un revenu qui permet de satisfaire les besoins essentiels des travailleurs ; respecter les libertés syndicales ; assurer un système de protection sociale ; construire le dialogue social », explique la syndicaliste. « Si les États, selon l’OIT, s’engageaient à coopérer pour garantir des conditions de travail décentes, les travailleurs ne seraient plus considérés comme de simples outils censés produire pour créer de la croissance économique, mais comme des citoyens à part entière ayant le droit de vivre décemment de leur travail », ajoute-t-elle.
À Maurice, poursuit l’interlocutrice, le BIT a organisé en 2010 un séminaire tripartite pour présenter ce projet en vue de préparer le DWCP. « Dan la pratik enn komite tripartite asize ek an konsiltasyon avek BIT vinn ed nou ekrir enn rapor lor sitiasyon dan Moris lor konsep travay desan ek ed nou idantifie bann proze ki gouvernman, patron ek sindika pou organize pou bouz ver travay desan dans trwa domenn : proteksyon lamplwa, eliminasyon diskriminasyon ek dialog sosyal. Kan rapor la aprouve, BIT donn finansma pou ki fer bann proze-la ! », élabore Jane Ragoo.
Lors des discussions, poursuit la présidente de la CTSP, les syndicalistes ont insisté pour que le rapport reflète la réalité de Maurice, le vécu des travailleurs et des syndicalistes. « Setadir ki vinn dir ki dialog sosyal permanan zame finn ekziste dan nou pei ; ki ena diskriminasyon ant zom ek famm, ki diskriminasyon ant travayer sekter prive ek travayer gouvernma li institisyonalize dan nou bann lalwa, ek vinn dir osi ki proteksyon lanplwa li enn fars parski le 22 août 2008 nou finn erit Employment Rights Act ek Employment Relation Act ki ansam finn ras tou drwa travayer », ajoute-t-elle.
À cause de cette exigence des syndicalistes, surtout ceux du secteur privé, poursuit Jane Ragoo, le représentant de la Mauritius Employers Federation (MEF) a refusé de signer le rapport. « Ziska ki an avril 2012, minis Travay vinn anonse ki li pou amand lalwa travay pou permet bann patron, kot pena sindika, negosie avek enn group travayer ek fer zot sign enn lakor kolektif ».
Cet amendement, entre autres, a poussé la CTSP à refuser à son tour de signer ce rapport, reprend la syndicaliste. « Permet bann patron negosie direkteman ek bann travayer individielma, san ki ena la fors enn sindika derier zot, se donn lokasyon bann patron fer presyon lor sa bann travayer-la pou sign ninport kwa, ek se sirtou afebli mouvema syndikal dan son ansemble. Zot fer d’une pierre deux coups ! », explique-t-elle. « Zis apre lanons minis, MEF desid pou sign DWCP. Ki fer ? Parski sa aranz zot zafer ek afebli sindika ! », déplore-t-elle.