Une National Employment Agency basée sur le modèle français Pôle Emploi et un Employment Information Dashboard, qui permettra l’enregistrement de tous les employés mauriciens et les chercheurs d’emploi, sera mise en place. Les institutions pourront ainsi établir une planification appropriée pour le personnel dans le pays. C’est ce qu’a annoncé le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, lundi lors de l’ouverture d’un forum sur l’employabilité. L’événement, qui a duré trois jours, a été organisé par l’Université de Maurice en collaboration avec l’Union des Étudiants. Le ministre a d’autre part indiqué qu’en vue de contourner le problème du chômage, un National Employment Policy sera finalisé avec le soutien du Bureau international du Travail.
« Il n’est pas nécessaire de trouver un job précisément dans la filière que vous avez étudiée. Les employeurs sont de plus en plus à la recherche d’une main-d’oeuvre polyvalente, multidisciplinaire et diversifiée », a souligné le ministre aux étudiants. Nombreux sont les jeunes, a-t-il déclaré, qui « sont trop sélectifs, attendant le job parfait du premier coup ou qui ne sont peut-être même pas au courant des opportunités d’emploi ». Selon lui, « nous devons préparer nos jeunes à se tourner vers ce qu’on appelle des emplois de demain ».
Soodesh Callichurn a salué l’initiative de l’UoM de tenir un tel forum pour la troisième année consécutive. Une des raisons du chômage, dit-il, est « le manque de compétences nécessaires à l’employabilité ». Le gouvernement dit être « conscient » que les jeunes, malgré une bonne base éducationnelle et une formation universitaire, ne parviennent pas à trouver facilement un emploi qui réponde à leurs attentes. « Le chômage chez les jeunes est un problème mondial et est en hausse avec environ 75 millions de jeunes chômeurs dans le monde ».
Il doit y avoir, selon le ministre, une complémentarité entre l’éducation et les formations dispensées d’autant que « l’émergence du secteur des services, comme des TIC, des services financiers et de l’assurance requièrent de nouvelles compétences ». Pour le ministre, « il est important que notre système éducatif inculque les principes du “skilling”, “de-skilling” et “re-skilling” ». Il a lancé un appel au secteur privé pour qu’il fasse ressortir les compétences requises afin de concevoir les cours appropriés.
La National Employment Agency annoncée sera explique-t-il, « une one-stop shop moderne, dynamique et interactive, axée sur la technologie et qui offrira une assistance soutenue, des conseils sur l’orientation professionnelle et un service personnalisé ». Et de souligner que l’Employment Information Dashboard renforcera le partenariat entre les divers partenaires clés de l’économie, dont les chercheurs d’emploi, les employeurs de même que le secteur privé et public. « Il donnera les informations liées au marché du travail pour que les divers partenaires puissent l’utiliser ». Le ministre du Travail a lancé un appel aux jeunes : « You represent the workforce of tomorrow. So, do not let go of today’s wonderful opportunities to increase your chances of securing a job and building your career. »
Pour sa part, le chancelier de l’Université de Maurice, Jean-Claude Autrey, a fait ressortir aux étudiants que l’institution de Réduit n’est plus seule au niveau de l’éducation tertiaire. « Il existe 65 établissements tertiaires à Maurice. Ce secteur est devenu très compétitif, comme pour les diplômés à la recherche d’un emploi. » Selon Jean-Claude Autrey, « l’employabilité n’est pas un produit, mais un processus d’apprentissage ». Et de poursuivre : « Une fois employé, on n’arrête pas d’apprendre. Vous êtes un parmi tant d’autres. » Il a aussi fait ressortir que l’une des doléances venant des employeurs, est que nombre de jeunes fraîchement diplômés « lack the soft values and skills ».