Joseph Michel Fayolle, le propriétaire du domaine Ylang Ylang, à Anse-Jonchée, reconnu coupable d’homicide involontaire par négligence, a écopé d’une amende de Rs 60 000. Selon la cour, le fait de n’avoir pas pris toutes les précautions nécessaires a entraîné la mort de Jayantee Jhugur en août 2006, laquelle avait été agressée par un cerf dans l’enclos du domaine.

Joseph Michel Fayolle aura ainsi à s’acquitter d’une amende pour un délit vieux de 12 ans, soit remontant au 19 août 2006. Joseph Michel Fayolle avait été reconnu coupable sous une accusation d’homicide involontaire par négligence en Cour intermédiaire. La cour avait conclu qu’il n’avait pas veillé à ce que la porte menant vers les animaux sauvages soit verrouillée, ayant ainsi occasionné le décès de Jayantee Jhugur, âgée de 56 ans au moment du drame.

Lors des plaidoiries, la poursuite avait avancé qu’il y avait suffisamment de preuves pour démontrer que le manque de précaution de la part du propriétaire du chassé avait causé le décès de l’employée. L’avocat de Michel Fayolle, Me Dick Ng Sui Wa, avait quant à lui indiqué que toutes les précautions nécessaires avaient été prises dans ce domaine privé, où des clôtures et un portail cadenassé avaient été posés, les animaux pouvant être nourris de l’extérieur. L’avocat avait aussi mis en avant la présence de la victime dans l’enclos alors que cette dernière « savait bien qu’il ne fallait pas qu’elle y entre », d’autant qu’elle comptait près de 15 ans de service. Lors du procès, Michel Fayolle avait insisté sur le fait qu’il avait veillé à la sécurité de ses employés et que tous connaissaient les règlements de la maison. Il a soutenu que la défunte « avait déjà reçu un “warning” dans le passé et ne devait pas s’approcher de l’enclos ». Il n’avait par ailleurs pas manqué de critiquer l’enquête policière initiée à son égard, la qualifiant « d’abusive », en sus de réclamer la clémence de la cour car ayant des employés à sa charge.

Pour rappel, le 19 août 2006, un des cerfs se trouvant dans la ferme avait mortellement agressé cette employée, laquelle avait eu plusieurs côtes fracturées. Son corps, maculé de sang, se trouvait alors à plus de dix mètres de la porte d’entrée du chassé, soit à quelques mètres du cadavre du cerf, qui avait été abattu par Michel Fayolle.