La Junior Chamber International consacre son calendrier 2012 au renforcement des capacités des jeunes. Une série d’activités visant à leur permettre de devenir des citoyens actifs sont ainsi prévues au cours de l’année.
« Fellowship of Change. » Tel est le thème de l’année 2012 pour la Junior Chamber International (JCI) Mauritius. L’objectif, selon son président Nadaraj Mathuvirin, est d’aider les jeunes à être des citoyens actifs.
Quatre thèmes ont été retenus pour les différentes activités à l’intention des 18-40 ans : Business, Développement personnel, Développement communautaire et Internationalisme. La JCI Mauritius veut ainsi servir de plateforme aux jeunes.
Des causeries sur la politique, l’économie, le développement durable, entre autres, visent à sensibiliser les participants à ce qui se passe dans le pays. Dans certains cas, regrette d’ailleurs Nadaraj Mathuvirin, les jeunes ne sont même pas informés sur les sujets dominant l’actualité.
Des séminaires sur une base régionale sont aussi au programme en vue de toucher le maximum de jeunes. « Si on veut avoir des changements dans la société, il faut la collaboration de tout le monde », lance le président de la JCI Mauritius. De manière générale, poursuit M. Mathuvirin, les Mauriciens n’aiment pas le changement. « Ils préfèrent s’installer dans leurs habitudes. »
Outre le concours The Outstanding Young Person (TOYP) organisé chaque année, la JCI Mauritius proposera le JCI Debate Championship, le Creative Young Entrepreneur Award et la National Business Plan Competition. Une formation en leadership animée par Jessen Soobrayen est aussi prévue.
La JCI Mauritius lancera par ailleurs cette année une campagne de recrutement. L’adhésion est réservée aux personnes âgées de 18 à 40 ans. La chambre vise à promouvoir l’épanouissement des jeunes afin qu’ils deviennent des agents de changement positifs dans la société.
La JCI compte plus de 200 000 membres à travers le monde. La branche mauricienne a été fondée en 1980 sous le nom de la Jeune chambre économique de Maurice. De nombreux Mauriciens ont occupé des postes importants au sein du mouvement international.