Des représentants de huit pays de l’Afrique francophone participent actuellement à un atelier de formation afin de développer leurs aptitudes de gestion. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du Fonds de l’Onu Habitat pour la jeunesse urbaine, dont le but consiste à promouvoir le développement des jeunes par les jeunes.
Une quinzaine de jeunes de 16 à 32 ans participent jusqu’à dimanche à une formation en vue de mettre en place un projet communautaire dans leurs villes respectives. Pour ce faire, le Fonds de l’Onu Habitat pour la jeunesse urbaine dispose d’un million de dollars américains. Ce programme est actuellement à sa troisième année. 5 564 projets ont été reçus par l’Onu Habitat et 59 sélectionnés. « Nous avons dû effectuer un gros travail de screening pour évaluer les projets. Le choix n’était pas facile. Nous avons essayé de balancer les régions et les thématiques », explique Jon-Andreas Solberg de l’Onu Habitat.
Le but principal du programme est de donner aux groupes de jeunes l’opportunité de monter des projets et de renforcer par la même occasion leurs capacités. Selon les principes de l’Onu Habitat, les jeunes doivent d’abord être formés avant de bénéficier des fonds. C’est justement l’objectif de l’atelier de travail qui se tient actuellement à Maurice – il réunit des participants de l’Afrique francophone – et d’un autre à Haïti.
Pour Jean-Claude Adzalla, facilitateur du projet, une telle approche est constructive car il faut « les outiller avant de les financer ». Les groupes ont une année pour monter leur projet. Durant cette période, ils sont suivis et évalués. Les projets doivent évoquer les besoins de la communauté où ils seront mis en place. Chaque projet peut bénéficier jusqu’à USD 25 000 (Rs 742 500).
Concernant la participation mauricienne, 20 projets ont été soumis et dix ont été sélectionnés. Les jeunes mauriciens participant actuellement à la formation sont : Gaurav Heerowa, Bleck Ajigar Lindor, Adrien Anthonio, Seebalak Meetoo, Viratraj Gooljy, Veganaden Muden, Rishiraj Jeetun, Ajegen Aran et Ludovic Jhureea. Le ministère de la Jeunesse contribue à l’organisation de l’atelier à Maurice.