photo illustration

Comme au sein des autres services essentiels, la vigilance est de mise dans tous les hôpitaux régionaux quand le pays passe en alerte cyclonique. Selon une source autorisée du ministère de tutelle, un protocole établi, concernant principalement les catastrophes naturelles, dont les pluies torrentielles et les cyclones, entre en jeu.

Avec la forte tempête tropicale Cilida, qui menacera, selon les prévisions de la station météo de Vacoas, le pays, le ministère de la Santé et les hôpitaux restent sur leurs gardes. « En alerte 1, les hôpitaux fonctionnent normalement. Mais quand le cyclone passe en alerte 2, tout le personnel est appelé à se mobiliser. Ceux en congé seront sommés de venir travailler s’il y a une urgence. Tous les chefs de département doivent se présenter à leurs hôpitaux respectifs. Des préparatifs sont en cours à tous les niveaux », explique notre source. Quand le cyclone passe en alerte 2, les officiers de l’Energy Services Division (ESD) sont appelés à vérifier tous leurs équipements pour assurer le besoin en énergie.

« Il faut se préparer au cas où il y aurait des coupures d’électricité. Il faut s’assurer que le générateur fonctionne afin qu’il puisse fournir de l’électricité dans toutes les salles de l’hôpital ainsi que dans les soins intensifs, surtout à ceux sous respiratoire artificiel. Le personnel doit aussi prendre ses dispositions pour assurer qu’il y ait un stock suffisant de nourriture. Les pharmaciens prendront des médicaments de la Central Store Division pour quelques jours afin d’assurer un bon stock le temps que le cyclone s’en aille », affirme-t-elle.

En ce qui concerne les médecins et les spécialistes, leur plan de travail changera en fonction de l’évolution du cyclone et ils seront appelés à être présents dans les hôpitaux. Par ailleurs, les Ward managers et les médecins sillonneront toutes les “wards” afin de vérifier l’état de santé des patients. Ceux dont l’état s’est amélioré seront autorisés à rentrer chez eux afin de libérer les lits en cas d’urgence.

Au ministère de la Santé, le ministre présidera une réunion avec tous les directeurs des hôpitaux, des chefs de départements, les directeurs de SAMU, des directeurs de la Santé au ministère, entre autres, pour prendre les dispositions nécessaires.
Quand le cyclone passe en alerte 3, le SAMU ne sort plus. Des véhicules blindés de la Special Mobile Force (SMF) seront mis à la disposition des hôpitaux, deux pour chaque hôpital. En cas d’accident ou toute autre urgence, ce sont les véhicules blindés qui sortiront pour aller récupérer les victimes ou malades.

De plus, l’Out Patient Department (OPD) sera fermé, c’est-à-dire, tous les rendez-vous sont repoussés car les gens ne sont pas autorisés à sortir de chez eux. Enfin, quand l’alerte 3 est en vigueur, le ministre, accompagné des officiers du ministère, sillonne tous les hôpitaux de l’île afin d’assurer que toutes les conditions ont été réunies pour assurer le bon déroulement des hôpitaux.