Huit mois après le crime sanglant et crapuleux dont a été victime en Australie la petite Yazmina Acar alias « Mimi » (2 ans) et d’origine mauricienne, la cour Suprême de ce pays a été implacable. L’auteur de l’infanticide, Ramazan Kerem Acar, un Australien d’origine Turcque, âgé de 24 ans, a été condamné vendredi à la prison à perpétuité. A l’issue du procès, la mère de Yazmina, Rachelle d’Argent, a eu ceci à dire: « Maman t’avait dit qu’il y aurait une justice pour toi », tout en rendant hommage à celle qu’elle a décrit plusieures fois comme étant « my beautiful angel ». Cette affaire a fait les gros titres des principaux titres de presse en Australie hier, dont The Age.
 »Mimi, aujourd’hui (NDLR: vendredi) c’est notre jour. Maman t’avait dit qu’il y aurait une justice pour toi, et même si je n’ai pas accepté que tu n’es plus de ce monde, tu seras toujours dans mon coeur. Je sais que tu seras toujours en train de nous sourire à tous, de là-haut où tu te trouves », a déclaré Rachelle d’Argent. Cette dernière est née de parents mauriciens qui ont émigré en Australie dans les années 60.
L’enquête policière et le procès qui ont fait suite au drame survenu le 17 novembre dernier —soit six jours avant que Yazmine ne fête ses trois ans— ont démontré que, ce jour-là, le père, Ramazan Kerem Acar avait décidé de se venger de la façon la plus ignoble qui soit de son ex-femme, Rachelle d’Argent, en poignardant à plusieures reprises le fruit de leur amour. Peu avant le drame, Ramzan Kerem Acar avait annoncé sur sa page Facebook qu’il allait commettre l’irréparable en écrivant ces mots:  »Bout 2 kill ma kid (…) Pay buk
u slut [sic] ».
Siégeant en cour Suprême, la juge Elizabeth Curtain a décrit cet homicide prémédité comme étant  »chilling and horrific » et perpêtré par quelqu’un qui était jaloux, pleint de dépit et prêt à tout pour se venger. Enonçant la sentence infligée à Acar, la juge Curtain a déclaré à ce dernier: « la victime était votre petite fille et elle a été tuée par le seul homme au monde dont le devoir était de l’aimer, de la faire grandir et de la protéger (…) En tant que tel, votre conduite a été une infraction totale de la confiance qui devrait exister entre un parent et son enfant; une atteinte fondamentale du devoir fondamental d’un parent. De plus, vous avez commis ce meurtre pour les motifs les plus mauvaises: la vengeance et le dépit. Vous avez tué votre fille pour vous venger de sa mère. Vous avez utilisé votre fille, une victime innocente, comme l’instrument de votre ardent désir de faire du mal à votre ex-partenaire ».