La première réunion des dirigeants du Remake initialement prévue en la résidence de sir Anerood Jugnauth à La Caverne hier aura positivement lieu aujourd’hui après qu’un malentendu a été « dissipé de manière satisfaisante », a appris Le Mauricien dans les milieux du Remake. Alors que l’attention est fixée sur le deuxième round de la rencontre entre le Premier ministre et leader du PTr Navin Ramgoolam et celui du PMSD, le ministre des Finances Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger a, à l’issue de la réunion du Bureau Politique du MMM hier, affirmé que la porte du Remake est ouverte au PMSD. « C’est au PMSD de donner un début de réponse », a-t-il dit.
L’annonce du report de la réunion des dirigeants du Remake hier avait alimenté les rumeurs au sujet une éventuelle tension entre les deux partenaires au sein de l’alliance de l’Opposition. De fait, il y avait un macadam dans les relations entre les deux partenaires au sujet de la hiérarchie au niveau du front bench d’un éventuel gouvernement du Remake indépendamment du PMSD. Le problème était devenu encore plus pertinent hier devant l’éventualité d’une cassure de l’alliance gouvernementale et le passage probable du PMSD dans l’Opposition. « Les deux points sont liés, bien qu’il est évident que Xavier-Luc Duval ne devrait pas ignorer que le Remake existe au niveau de l’Opposition », faisait on ressortir dans les milieux de l’Opposition ce matin.
Le problème a toutefois été résolu hier à la suite d’une séance de travail entre le leader du MMM, Paul Bérenger, et celui du MSM, Pravind Jugnauth. Le point noir a finalement été éclairci. Le problème a été évoqué hier par le leader des mauves à la réunion du Bureau politique. Aucune précision concernant les détails de la solution qui a été trouvée n’a toutefois été communiquée. Au niveau du MMM, on fait simplement ressortir que si les travées utilisées traditionnellement par le gouvernement et l’Opposition comprennent chacune quatre places, celle du milieu comprend cinq places et pourrait être utilisée comme front bench gouvernemental.
De son côté, le leader du MSM précise, dans un communiqué diffusé à la mi-journée, qu’il n’est pas « assoiffé de poste ou de position ». « Je vais poursuivre ma mission sans jamais dévier de mes convictions », soutient-il.
Dans son communiqué, Pravind Jugnauth précise que « la question de la hiérarchie dans le Remake 2000 a été discutée et établie dès le départ dans un consensus exemplaire digne des valeurs militantes ». « Évidemment, poursuit-il, compte tenu des événements politiques du moment concernant le PMSD, le Remake 2000 a analysé en profondeur ces derniers jours les possibles développements et considéré toutes les options dans ce contexte précis. Cette étape a été franchie et le Remake parlera d’une seule voix sur la question », ajoute-t-il.
Pravind Jugnauth affirme que depuis la concrétisation du Remake 2000, c’est l’intérêt du pays et de la population qui dictent l’action de cette mouvance politique. « Comme l’a précisé Paul Bérenger encore une fois hier, l’objectif est de rassembler tous ceux ou celles qui sont convaincus que Navin Ramgoolam et son gouvernement font un tort immense au pays, en vue d’un changement tant espéré par une majorité de Mauriciens ». Il conclut en affirmant qu’il est entré en politique par conviction pour servir le pays.
Outre sa rencontre avec Pravind Jugnauth, Paul Bérenger a eu aussi une session de travail avec Alan Ganoo et un déjeuner avec son fils, Emmanuel, qui s’implique de plus en plus dans la politique. Dans les deux cas, il a passé en revue la situation, tant au sein du gouvernement que dans l’opposition, avant de participer à la réunion du bureau politique mauve dans l’après-midi.
Interrogé à l’issue de cette réunion, Paul Bérenger a confirmé qu’il y a eu des contacts entre l’opposition et le PMSD. « La porte est ouverte pour le PMSD et il revient maintenant à ce dernier de donner un début de réponse », a-t-il dit.
« Tous ceux qui ont à coeur l’intérêt du pays et qui sont conscients du tort commis par Navin Ramgoolam à ce pays doivent assumer leurs responsabilités », a-t-il ajouté. Et de nier toutes les possibilités d’alliance avec le Parti travailliste.
L’évolution de la situation au niveau gouvernemental est suivie de près au sein de l’opposition. « Ils sont arrivés à un point où il s’agit de “make it or break it” », fait on ressortir au niveau de l’opposition, où on estime que la cassure est plus que probable. La situation actuelle est comparée à celle qui prévalait entre le MMM et le Ptr en 1997. « La façon de faire de Navin Ramgoolam et sa tendance à agir comme une personne capricieuse fait que le MMM a fini par dire “enough is enough” », fait-on ressortir.
Selon les informations recueillies par Le Mauricien, les dirigeants de l’opposition sont tout à fait conscients que, malgré l’arrivée éventuelle du PMSD, le gouvernement disposera toujours d’une majorité pour diriger le pays. « La crédibilité du gouvernement en sera cependant considérablement affectée », fait-on ressortir.