Fait quasi inédit dans les annales de la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill : le conseiller Swadicq Peerally est poursuivi en réclamation par le Chief Executive de la municipalité des villes soeurs suite à des commentaires sur les procédures d’acquisition de trois camions. Dans les réclamations rédigées par Me Pazhany Rangasamy, avoué de la municipalité, le montant du préjudice évalué initialement à Rs 10 millions a été réduit à Rs 500 000 pour permettre à la cour intermédiaire de décider de cette affaire.0
000Dans une déclaration de presse, le conseiller Peerally était arrivé à la conclusion que « se qui fine passé a la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill pendant ces quatre derniers mois la, li sans précédent dans l’histoire bann administrations régionales, sa quatre derniers mois-la a part bann voyages Monsieur Le maire, noun constaté ki zott finn asté dé vans (NdlR : 4 X 4 gros cylindre) avec trois camions. Ler monn recevoir lettre, le Chief Executive informe moi qui certains renseignements li confidansyel et qui pou acheté zis deux camions ».
La municipalité de Port-Louis a pris ombrage de ces commentaires sur les procédures d’appel d’offres et soutient que « the municipality of Beau-Bassin/Rose-Hill has allegedly acted in an unlawful manner for the acquisition of three lorries equipped with tipping trucks for the purposes of storing and tipping garbage, and two double cabs and/or has allegedly committed corruptive acts without observing and/or abiding with all the procedures prescribed by the provisions of the Public Procurement Act and the Local Government Act 2011 in respect of the issue of tenders before the acquisition of the aforesaid vehicles ».
Dans sa réclamation, la municipalité accuse le conseiller de « false and malicious allegations the moreso that Swadicq Peerally was at all material times aware and kept informed of all the formalities and/or procedures executed by the Plaintiff for the issue of tenders to prospective bidders before the acquisition of the aforesaid vehicles ». Elle considère ces déclarations comme étant de nature à dénigrer le conseil municipal.