Dites, est-ce que le décorticage de crevettes est un exercice qui vous plaît ?
Si vous aimez les crustacés, gambas, camarons, crevettes et tutti quanti et que les fourneaux c’est votre affaire, je suis certaine qu’il vous arrive de les décortiquer. Les crevettes sans carapaces des rayons surgelés sont sans saveur. Avec la carapace, la crevette garde plus ou moins une saveur iodée après la cuisson. Qui plus est, vous pouvez garder la robe de la belle pour concocter une sauce rouge ou un bouillon. Franchement, j’prendrais pas mon pied en décortiquant des crevettes. C’est une opération longue et ennuyeuse.
Parfois, en voulant se défiler d’une tâche qui vous est imposée, vous vous retrouvez dans l’obligation non seulement de la faire, mais d’en faire plus !
Vous connaissez Chloé ? L’autre, là ! La collègue, qui est aussi une copine. J’crois pas que vous connaissiez Patricia, une de ses cousines. Moi non plus, je ne la connaissais pas. Et Nadine Catherine ? Vous la connaissez… Depuis le temps qu’elle vous livre des recettes ! (dont celles de cette semaine).
La Patricia avait réuni cinq de ses amies et avait fait appel à Nadine Catherine pour une formation à domicile. J’y étais parce que, souvenez-vous, je me suis engagée à apprendre à cuisiner. Donc, au programme, il y avait, entre autres, des gambas rôties au risotto, que nous avions toutes hâte de manger. À la vue de toutes ces grosses crevettes non décortiquées dans un bac, j’ai tout de suite compris ce qui m’attendait : un travail pas glam du tout. J’ai regardé mes ongles limés et manucurés; il était out of question que je me tape les gambas. Convaincue d’avoir trouvé la porte de sortie, j’ai dit à haute voix, en regardant les crustacés : “Et dire qu’elles étaient vivantes et que leur petit coeur battait fort quand elles ont été pêchées. Maintenant qu’elles sont mortes, pour les décortiquer, il faut saisir leur tête et leur queue avec force. Quelle violence ! Pa fini : il faut tirer sur la queue pour voir une partie de leur corps; puis, il faut soulever la carapace juste derrière la tête vers le bas. Lorsque tout le corps est dénudé et la crevette est sans tête, il faut l’inciser sur le dos. On a alors l’impression d’être un médecin légiste qui dissèque un corps, sans état d’âme. Et qu’aperçoit-on dans cette fente sans vie qui s’offre à nous ? L’intestin de la crevette. Un intestin qui en dit long, qui aurait pu raconter le parcours de la crevette.”
Prises de remords, les apprenties ont catégoriquement refusé de poursuivre le massacre des crevettes. J’ai pensé tout bêtement que notre coach allait remballer la marchandise. Mais elle est fine et avait compris ma démarche. C’est avec le sourire qui la caractérise qu’elle m’a cloué le bec : “Vous semblez vous y connaître. Les filles n’ont pas la même connaissance que vous et encore moins votre cran.” Moi, à cet instant, j’suis trop fière. Elle : “Il y a là une trentaine de gambas. Elles sont toutes à vous. Allez-y ! Entre-temps, les autres vont commencer la préparation du risotto.”
Ça m’apprendra !
Chers lecteurs, sur cette anecdote, je me retire… Au revoir !
Serena