En sept semaines, un accident de la route entre deux voitures à Sodnac, Quatre-Bornes, a connu un dénouement ébranlant le plus haut sommet de l’Etat. Le premier bilan est relativement lourd pour le gouvernement, avec un ministre, l’Attorney General et Campaign Manager du Premier ministre, Navin Ramgoolam, lors des dernières élections générales, Yatin Varma, mis K.-O. politiquement.
Deux autres démissions devront suivre logiquement, soit celles du Private Parliamentary Secretary, Reza Issack, et du président de la Mauritius Ports Authority (MPA), Maurice Allet. D’ailleurs, ils seront les trois premiers à être sous le coup du délit de “Conspiracy to Pervert the Course of Justice”. Comme toute enquête de cette envergure, d’autres rebondissements sont à prévoir dans les jours à venir même si le cours des événements confirme déjà que le jeune Florent Jeannot a été victime de violence physique de l’ex-Attorney General prenant “la justice entre ses mains”.
Sur la base des dates et des faits vérifiés et vérifiables, Week-End retrace les dessous de ce qui est connu comme le Varmagate :
— Samedi 4 mai : La voiture de l’Attorney General, Yatin Varma, est impliquée dans un accident de la route à Sodnac, Quatre-Bornes. L’autre voiture privée est conduite par un jeune homme, Florent Jeannot. Cette collision entre deux voitures dégénère et Yatin Varma se permet d’agresser physiquement le jeune étudiant, qui serait en faute dans l’accident.
Des témoins oculaires affirment que le père de Yatin Varma est également descendu de la voiture du ministre pour agresser physiquement le jeune chauffeur. Les traces de cette agression, notamment au visage de Florent Jeannot, peuvent à peine être dissimulées.
Pour sa part, l’Attorney General se fait plâtrer à la main droite. Pendant longtemps, ce plâtre de Paris de Yatin Varma fera débat quant à la nature de la blessure subie suite à de violents coups donnés à la victime. La police de Sodnac enquête dans ce High Profile Road Accident.
— 12 mai : Yatin Varma, qui rejette les accusations d’agression portées contre lui, débarque au poste de police en compagnie de ses hommes de loi, dont Me Yousouf Mohamed, Senior Counsel, Me Sanjay Bhuckory et Me Gavin Glover. Il donne sa version des faits de l’accident et participe à une descente policière sur les lieux de l’accident.
— 15 mai : Des témoins oculaires de l’agression du jeune chauffeur sont réticents à venir de l’avant pour consigner leurs versions des faits à la police. Ils affirment craindre pour leur sécurité compte tenu de l’enjeu des personnalités engagées dans ce litige. Les parents de Florent Jeannot écrivent au Premier ministre, Navin Ramgoolam. Profitant d’une question de Week-End au sujet des garanties à des témoins, le PM a tenu à rassurer qu’ils n’ont rien à appréhender dans la conjoncture et qu’ils ont à faire ce qu’ils ont à faire.
— 16 mai : Deux premiers témoins se présentent au poste de police de Sodnac. La victime de l’agression aux mains de Yatin Varma est réconfortée par cette première série de Corroborative Evidences.
— 18 mai : Trois nouveaux témoins se manifestent à la police pour confirmer le scénario de l’agression après l’accident entre les deux voitures le samedi 4 mai. Entre-temps, Yatin Varma ne reste pas les bras croisés et sort un témoin de “ses plâtres” pour contredire la thèse de l’agression en affirmant que la voiture de Florent Jeannot roulait à vive allure peu avant.
— 19 mai : Enter Maurice Allet en tant qu’intermédiaire de Yatin Varma avec un appel téléphonique à Mario Jeannot, un ancien collègue de travail à Albion Docks.
Proposition d’arrangement
— 20 mai : Premiers contacts dans les locaux de la Mauritius Ports Authority entre Maurice Allet et Mario Jeannot. Des instructions sont données pour qu’aucune trace de cette rencontre ne soit consignée dans les livres de la MPA. L’éventualité d’un arrangement pour le retrait de cette affaire se précisant, Yatin Varma vient rejoindre Mario Jeannot dans les bureaux de MPA.
La proposition d’arrangement en vue du retrait de l’affaire porte sur un montant de Rs 1 million, Mario Jeannot soutenant que cette décision ne dépend nullement de lui. Cette rencontre prend fin vers les 14h20 avec le père de la victime ne souscrivant nullement au deal.
— 20 mai : Un des témoins en faveur de Florent Jeannot reçoit la visite de deux suspects à l’allure très louche dans une tentative de l’intimider. Il consignera une déposition à cet effet au poste de police de Sodnac.
— 21 mai : A la reprise des travaux de l’Assemblée nationale après le lunch, Yatin Varma se rend au Central CID pour consigner une déposition dénonçant un complot. A cette même période circulait un e-mail avec des allégations à l’effet que cet accident contre Yatin Varma était prémédité en vue de nuire à sa réputation.
— 22 mai : Les négociations Allet/Jeannot changent de décor. La rencontre se déroule à la mi-journée dans l’enceinte de l’écurie de Vincent Allet, au Mauritius Turf Club. A peine les deux protagonistes se sont-ils rencontrés que Yatin Varma appelle Maurice Allet au téléphone.
Les premières fuites d’informations au sujet de ces négociations inquiètent toutes les parties avec le président du PMSD, Maurice Allet mettant en garde Mario Jeannot contre l’avocate Rubina Jadoo, qui fait partie du MSM. “Bisin fer atansyon akoz sipa li MSM ek sipa ki parti”, aurait-il fait comprendre.
A ce stade, les échanges portent sur le montant de la compensation avec des chiffres de Rs 1,5 millions et de Rs 1,7 millions évoqués, de même que les modalités des versements pour contourner les dispositions de la loi contre le blanchiment d’argent.
— 27 mai : A la demande de Maurice Allet, une nouvelle rencontre est organisée dans l’enceinte de l’écurie Allet au Champ-de-Mars très tôt le matin. Le président de la MPA réclame la présence physique de Florent Jeannot lors des échanges, qui démarrent sur les chapeaux de roue avec Maurice Allet soutenant que “pou ine fané, Yatin ine fané”.
Plus tard, dans une tentative de convaincre l’étudiant, il dira à Florent Jeannot que “mwa mo pa pe fer nanyen de korompi ou kwa. Simplement, je connais ton papa et je connais ça. Nou ine assizé ek nou ine diskité”.
L’Attorney General est informé par Maurice Allet au téléphone de la tournure des événements avec le nom de Me Siddartha Hawoldar cité comme éventuel intermédiaire légal.
— 28 mai : Dewan Burtah, membre du MMM, l’un des témoins en faveur de Yatin Varma se rétracte.
— 30 mai : Le principal témoin Ravi Seenundun déclare que des gros bras ont débarqué à son domicile pour des raisons évidentes. Il dit craindre pour sa vie.
— 4 juin : Maurice Allet n’en démord pas avec une nouvelle rencontre avec Mario Jeannot se déroulant  à l’église Montmartre à Rose-Hill. Le président du PMSD veut obtenir l’assurance que devant les fuites d’informations sur ces négociations qu’à aucun moment son nom ne sera cité. Avec le prochain départ du président de la MPA, la possibilité d’un remplaçant en tant qu’intermédiaire est évoquée. “Mwa dan mo pe rand servis dan ki lamerdma mo ine rantré. Pa cite mo nom ladan. To konne mwa, mo kontant tappe mo drink mais mo pa kontan rantr dans bann zafer”, dira Maurice Allet à Mario Jeannot.
— 5 juin : Mario Jeannot téléphone à Maurice Allet pour l’informer que les contacts sont rompus.
— 7 juin : Monindranath Varma, le père de Yatin Varma, est convoqué au Central CID pour consigner sa version des faits sur les incidents du samedi 4 mai à Sodnac.
— 11 juin : Le Private Parliamentary Secretary Reza Issack fait son entrée en scène avec un appel à Mario Jeannot à 14h06. A peine un quart d’heure après, un premier contact est établi avec le PPS se rendant au domicile des Jeannot à Flic-en-Flac. Le politicien parle de réconciliation et Mario Jeannot maintient que s’il doit y avoir arrangement, tout doit se faire dans la légalité. Un nouveau rendez-vous est fixé pour le lendemain.
Une bouteille de champagne et un livre sur le pardon
— 12 juin : Yatin Varma, accompagné de Reza Issack, se rend au domicile des Jeannot où sont présents Gèneviève Jeannot, Mario Jeannot et leurs fils Florent et Kevin. Yatin Varma offre une bouteille de champagne et un livre sur le pardon à Gèneviève Jeannot. Il s’explique longuement sur sa situation personnelle.
Très vite, les échanges portent sur l’éventuel deal pour le retrait des accusations d’agression contre Florent Jeannot. Le père est catégorique à l’égard de Yatin Varma : “Ziska hier, nu position se ti pou alle la Cour. Même si Maurice (Allet) ine négosyé. Kan Reza inn vini, nou ine réflési. Linn dir dimé li pou amène M. Varma isi. Avant sété hors de kestyon. Mem premye fwa mo ti zwen ou dan MPA.”
— 14 juin : Nouvelle rencontre entre Reza Issack et des membres de la famille Jeannot dans le bureau de l’ex-PPS. Un véritable forcing est fait pour régler cette affaire avec la présence de Florent Jeannot réclamée pour le retrait des accusations au poste de police de Pope Hennessy. Mais les Jeannot préfèrent se rendre à l’étude de leur conseil légal. L’entourage de Yatin Varma tentera en vain d’entrer en contact avec l’avocate.
— 15 juin : Nouveau déplacement de Yatin Varma et de Reza Issack au domicile des Jeannot dans la soirée. Va-tout de Reza Issack pour régler ce litige. Au fil de la conversation, les deux parties se rendent compte qu’elles sont engagées dans une voie sans issue.
Reza Issack intervient pour souligner que “nou pou fer enne rékonsilyasyon. Sa zafer larzan pou tire zafer-là, mo pa rantr ladan”. De son côté, Mario Jeannot interpelle Yatin Varma : “Ki fer ou ti vin zwenn mwa dan MPA ? Ki fer dan MPA ou ti propose mwa Rs 1 million ?”. L’ex-Attorney General contestera ces détails avant de prendre congé en s’adressant à la mère de Florent Jeannot.
— 17 juin : Alors que Florent Jeannot a rendez-vous avec des limiers du Central CID pour une déposition sur l’agression, l’édition du jour du Mauricien met le feu aux poudres en révélant des tentatives de négociations entre Yatin Varma et les Jeannot. Les différentes parties concernées, interrogées subséquemment sur les chaînes de radios privées, ne peuvent que confirmer cette affaire en fournissant des compléments d’informations.
— 18 juin : PNQ du leader de l’opposition, Alan Ganoo, sur le Varmagate. Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, est des plus catégoriques : avec les révélations du Mauricien, Yatin Varma ne peut rester en tant qu’Attorney General. Yatin Varma est admis d’urgence dans la matinée à la clinique Fortis-Darné après une tentative de suicide.
— 20 juin : Le PPS Reza Issack est placé en état d’arrestation. Suit un interrogatoire pendant tout l’après-midi dans les locaux de la Major Crime Investigation Team (MCIT).
— 21 juin : Reza Issack soumet sa démission en tant que PPS mais doit verser une caution de Rs 20 000 pour sa remise en liberté conditionnelle alors que les responsables de l’enquête au Central CID, les ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi, mettent au point leur stratégie pour les deux prochaines inculpations provisoires, celles de Yatin Varma et de Maurice Allet en attendant la suite de l’enquête