En début de semaine, l’Office of the Director of Public Prosecutions a accusé réception du rapport de police au sujet des circonstances du dramatique accident impliquant un autobus Blueline de la Corporation Nationale de Transport, immatriculé 4263 AG 07, à Sorèze. Ce développement intervient dix-sept semaines après cet accident survenu à l’heure de pointe matinale le vendredi 3 mai ayant fait dix victimes, dont le chauffeur du bus, Deepchand Gunness. L’une des recommandations de l’enquête policière porte sur l’institution d’une Judicial Enquiry, présidée par un magistrat du tribunal de Port-Louis en vue de confirmer l’attribution des responsabilités dans cet accident sur La Nationale.
Les recoupements d’informations effectués auprès des sources autorisées indiquent que le Directeur des poursuites publiques décidera de la marche à suivre après avoir étudié les différents rapports techniques soumis par les ingénieurs du ministère des Infrastructures publiques, autorité qui émet des Fitness Certificates pour la flotte d’autobus de la CNT, les experts du Forensic Science Laboratory (FSL) sur les principales pièces à conviction enlevées de l’autobus accidenté et des spécialistes de la police.
À ce stade, aucune indication n’a transpiré quant au sort qui sera réservé au rapport des deux experts indiens d’Ashok Leyland, dont la venue à Maurice avait été décidée au niveau du Prime Minister’s Office presque au lendemain de l’accident du 3 mai avec un bras de fer entre les ingénieurs du ministère des Infrastructures publiques et la police. Les conclusions de ces experts étrangers en mécanique pourraient peser de tout leur poids dans les conclusions de toute Judicial Enquiry.
La véritable question qui se pose : comment l’accès aux détails de ce rapport qui est classé jusqu’ici Top Secret se fera-t-il ? Aucune des sources approchées n’a voulu confirmer si le rapport des ingénieurs d’Ashok Leyland a été versé au dossier transmis au DPP en début de semaine. Il n’est pas à écarter qu’avec les délibérations de cette enquête judiciaire sur l’accident de Sorèze, une demande formelle soit logée pour que les experts indiens soient convoqués pour être entendus par le Presiding Magistrate.
La bataille en vue d’attribuer les responsabilités dans ce grave accident se jouera sur la sécurité des autobus mis en service par la CNT ou encore la qualité du servicing. En l’absence du chauffeur du bus, tué sur le coup, le témoignage du receveur d’autobus, Vishwamitr Ram Bundhoo, sera déterminant à plus d’un titre contre la CNT. Il compte faire état de tous les détails des pannes de l’autobus Blueline 4263 AG 07 dans ses deux livres de bord, soit depuis la celle du 13 décembre de l’année dernière à 15 heures 30 à la gare de Vacoas jusqu’aux problèmes survenus le 29 avril dernier.
Indépendamment de la décision du DPP sur la base du rapport de la police, qui attire l’attention sur le fait que le receveur pourrait être pris en contravention pour avoir transporté des passagers en surplus, deux autres procès au pénal pourraient être instruits. Deux suspects, qui avaient prétendu être des passagers de l’autobus Blueline accidenté, seront poursuivis pour false and malicious denuniciations. Le feu vert du DPP a été obtenu au préalable à ce sujet.