Le leitmotiv du séjour de 48 heures du Premier ministre Navin Ramgoolam à Rodrigues demeure que la République ne peut tolérer la cohabitation de deux catégories de citoyens. La question du traitement de Rodrigues autonome et de ses habitants a été au coeur des échanges engagés par le chef du gouvernement que ce soit lors de la séance de travail formelle de vendredi soir à l’hôtel Cotton Bay avec le chef commissaire Serge Clair et des membres du conseil exécutif de l’Assemblée régionale ou encore lors des rencontres avec des représentants de la société civile et à l’occasion du “rassemblement populaire” à Malabar, samedi après-midi. De son côté, Serge Clair, qui s’est adressé à la presse, n’a pas caché sa satisfaction devant le déroulement de cette visite.
« Pa kapav éna dé katégori sitwayen dan la Repiblik », a répété à plusieurs reprises le Premier ministre à Rodrigues durant le week-end. Dans la perspective de faire estomper cette réalité de « République à deux vitesses », il a annoncé des subventions sur le fret en vue d’uniformiser les prix de vente du riz et de la farine à Rodrigues. Cette demande a constitué le principal cheval de bataille conjoint des syndicats de Rodrigues, soit la Rodrigues Government Employees Association (RGEA) et la Rodrigues Public Service Workers Union, regroupés sous la Fédération des Syndicats du Secteur Public et du gouvernement régional de Rodrigues.
Par ailleurs, le gouvernement a également annoncé la décision de doubler le nombre de bourses d’études offertes aux étudiants de Rodrigues dans un souci d’Upliftment de la population. Navin Ramgoolam a soutenu que l’inauguration, samedi matin, de l’ICT Centre for Excellence à Camp-du-Roi, les cours de formation online en collaboration avec Accenture et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et la mise à exécution du projet de fibre optique reliant Maurice et Rodrigues s’inscrivent dans la logique visant à éliminer toute fracture digitale au sein de la République.
Le chef du gouvernement a confirmé qu’en attendant la réalisation du projet de câble optique, les autorités ont pris la décision de mettre en place trois zones Wi-Fi gratuites dans l’île. Il a mis l’accent sur l’importance de la formation, sur l’encouragement de la culture d’entrepreneuriat chez les jeunes professionnels de Rodrigues. Il a aussi fait état des investissements dans le domaine public, dont Rs 75 millions pour la mise en opération de deux stations de dessalement de l’eau de mer pour atténuer les problèmes de fourniture d’eau potable et du démarrage d’un parc éolien à Grenade.
Navin Ramgoolam a également abordé le litige des recommandations du Pay Research Bureau (PRB), rejetées unanimement par les syndicats des employés du secteur public et l’Administration de Rodrigues. La question de la nomination d’un commissaire indépendant pour se pencher sur les structures administratives appropriées en vue de faire progresser l’autonomie a été également abordée lors des discussions officielles. À ce chapitre, le chef commissaire soutient que « l’autonomie a besoin de structures spécifiques. Le succès de l’autonomie de Rodrigues sera un exemple et sera au crédit de Maurice au niveau de l’océan Indien et de l’Union européenne, qui porte un vif intérêt à la décentralisation ».